Accéder au contenu principal

Apple Se Lancera Dans Les Vêtements Connectés

À l'approche du 9 septembre - date à laquelle l'iPhone 6 sera dévoilé par Apple - Internet bruisse de rumeurs, comme toujours. C'est devenu une habitude. Mais au moment où l'attention se porte quasi-uniquement sur ce nouveau téléphone (plus grand, avec une vitre en saphir, plus performant, que sais-je encore ?), il est intéressant de regarder ce qui se trame dans l'ombre.

En juin dernier, Apple a annoncé deux nouveaux kits de développement : Homekit, qui propose un ensemble d'API pour gérer des objets connectés à distance dans la maison (ampoules, thermostats…) via son iPhone, ou iPad. Et HealthKit, qui permettra de centraliser les données liées à la santé de l'utilisateur, collectées via une montre intelligente, par exemple.

Reste un champ d'exploration, et pas des moindres : celui des vêtements connectés. L'arrivée d'Angela Ahrendts, l'ex-PDG de Burberry, à la tête des Apple Store aurait été orchestrée, selon plusieurs sources, pour placer ces nouveaux produits dans les rayons. Selon ElectronLibre, une équipe de 800 personnes travaille actuellement sur ce projet de vêtements connectés, commercialisés dès 2015.

Pourquoi ça fait sens

Ces rumeurs ne sortent pas de nulle part. En 2013, Apple a débauché Paul Deneve, l'ancien CEO d'Yves Saint Laurent, qui est devenu Vice Président d'Apple en charge des "Projets Spéciaux" (sic). Quelques mois plus tard, c'est Catherine Monier, la présidente d'YSL Europe, chargée du réseau de distribution, qui a rejoint la firme à la pomme. "Elle s'était fait connaître auparavant dans d'autres grandes marques de vêtements parisiennes, dont Céline, Chloé et Lanvin (…) Tout laisse à croire que l'entreprise fondée par Steve Jobs s'apprête à lancer des vêtements connectés, combinant mode, élégance et santé", expliquent certains sites spécialisés.

Entre nous, c'est plutôt une bonne chose de savoir que des spécialistes de la mode vont se charger de ces vêtements. Car par le passé, Apple n'avait pas toujours excellent goût.


Il n'empêche, Apple, depuis des décennies, a créé des vêtements. Ce n'est pas anodin. Mon père, qui y a travaillé une dizaine d'années, a toute une collection de sweats, de polos, et de blousons estampillés Apple. Croyez-moi sur parole : il y tient énormément. 

La mode en ADN

Apple est une marque affinitaire, que l'on revendique aisément. Je me souviens de cette époque - pas si lointaine - où l'iPod commençait tout juste à se propager en France. On reconnaissait en un coup d'œil les écouteurs blancs, qui sortaient de l'ordinaire, et de la poche des passagers, dans les transports en commun. Chaque individu qui en possédait semblait faire partie d'une même communauté secrète.

La reconnaissance d'abord, le statut social ensuite (les produits d'Apple ne sont pas les plus accessibles, c'est le moins que l'on puisse dire), et la philosophie de marque, enfin : Apple, c'est une entreprise qui a, au fil du temps, énormément travaillé cet aspect. Une communication corporate solide, fondée sur des campagnes fortes : le Think Different, par exemple. 

Tout cela confirme l'idée qu'Apple finira par se lancer dans l'industrie de la mode. Et s'y sentira probablement comme un poisson dans l'eau.

Commentaires

  1. La nouvelle technologie ne cessera jamais de nous étonner. L'esprit chercheur des scientifiques ira toujours très loin. En tout cas, face à ces évolutions rapides, il faut toujours faire preuve de prudence face aux éventuelles mauvaises attentions.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustrationHeart Machine
Cela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature, de poésie. J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent. 
De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés. 
Je vais continuer. Continuer d'écrire, ici, parce que c&…

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

Désormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message. Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable.
L'autre a lu mon message
Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée, ou plus “active” (…

Je Me Force Un Peu Parfois

Je me force un peu, parfois.  Je me dis que ça fait longtemps, que j'ai reçu de nombreux encouragements depuis que j'ai commencé à écrire, ici, et que cela devrait suffire à m'inciter à poursuivre, régulièrement. Je suis heureux d'avoir plusieurs fois trouvé les mots pour parler de certains sentiments, de certaines impressions, qui avaient de la valeur à mes yeux. Heureux d'avoir réussi à transmettre - des idées, des envies, des émotions peut-être ? - ce qui autrement serait resté au fin fond de ma conscience. 
Se forcer à écrire, pour soi, d'abord, et pour les éventuels lecteurs nocturnes qui souhaitent lire autre chose que des analyses politiques post-conférence de presse / post-grand débat national / post-gilets jaunes. Ou bien des dissertations sur la reconstruction de Notre-Dame, à l'identique ou surtout pas. Cet éternel retour, des pour, des contre, et de tous les autres, qui argumentent ou qui s'indignent.
Je me force un peu, parfois. Parce que ç…