Accéder au contenu principal

Ce qu'il y a derrière ces mots…

Ce sont des mots qu'on aime entendre pour la toute première fois, murmurés à l'oreille, ou confiés sur l'oreiller. Des mots qu'on aime lire également, sur un morceau de papier, ou avant la signature de la lettre manuscrite. Des mots qui peuvent brusquement créer une bouffée de chaleur dans votre corps, à la limite du vertige, surtout quand on ne s'y attend pas : "Je t'aime".

À lire rapidement, ça paraît un peu court, comme formule. Et c'est encore pire dans d'autres langues : en italien, par exemple : "ti amo". Quelques lettres, tout au plus. Si l'on n'y prête garde, on peut même se méprendre. Ne pas être sûr(e) d'avoir bien entendu. Mais ce ne sont pas des mots dont on peut exiger qu'ils soient répétés immédiatement. Il faut savoir prêter l'oreille.

J'aime penser à tout ce qu'un "je t'aime" révèle. À tout ce qui se cache derrière ces simples mots. 


En écoutant récemment l'excellente émission "Ça ne peut pas faire de mal", sur France Inter, consacrée ce jour-là à l'écrivain Jack London, j'ai découvert que cet auteur savait précisément parler d'amour. Je vous laisse en juger :

"Il se retourna et vit la jeune fille. C'était une créature éthérée, pâle auréolée de cheveux d'or, aux grands yeux bleus immatériels. Il ne vit pas comment elle était vêtue : il vit seulement que sa robe était aussi merveilleuse qu'elle. Et il la compara à une fleur d'or pâle sur une tige fragile. Non ! C'était un esprit, une divinité, une idole !… Une aussi sublime beauté n'appartenait pas à la terre. Ou bien les livres avaient raison et il y en avait beaucoup comme elle, dans les sphères supérieures de la vie. Jamais il n'avait vu de femme semblable ! Quand il songeait à toutes celles qu'il avait connues !… (…) Vivre pour une femme pareille… pour la gagner, pour la conquérir - et… mourir pour elle. Les livres avaient raison : de telles femmes existaient - elle en était une". 

Dire "je t'aime", c'est dire beaucoup plus, en vérité : 


J'aime ça.
Penser à tous ces êtres qui s'aiment, de tout leur cœur, qui se le disent, par des mots ou des tendresses, en ce moment-même. Penser à tous ces gens qui ont, pour un autre, pour une autre, des sentiments aussi forts, aussi puissants, aussi sincères. Penser à tous ces autres qui n'attendent que ça. Qui espèrent. Qui rêvent. Qui imaginent. Et qui vivront bientôt une nouvelle histoire d'amour. Au moment où, peut-être, ils s'y attendront le moins.

Derrière un "je t'aime", en particulier lorsqu'il est réciproque, il y a enfin tout le bonheur que l'on reçoit. La confiance que ça génère. Et les habitués de ce blog savent à quel point j'aime cette chanson, justement parce qu'elle en dit long sur ce sentiment-là. On aimerait aimer une femme pour qu'elle se mette à chanter cette chanson :

Commentaires

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustrationHeart Machine
Cela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature, de poésie. J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent. 
De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés. 
Je vais continuer. Continuer d'écrire, ici, parce que c&…

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

Désormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message. Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable.
L'autre a lu mon message
Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée, ou plus “active” (…

Ne pas cesser d'écrire

Ne pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent. 
J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi.
Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliquer la panne. Man…