Accéder au contenu principal

Ce qu'il y a derrière ces mots…

Ce sont des mots qu'on aime entendre pour la toute première fois, murmurés à l'oreille, ou confiés sur l'oreiller. Des mots qu'on aime lire également, sur un morceau de papier, ou avant la signature de la lettre manuscrite. Des mots qui peuvent brusquement créer une bouffée de chaleur dans votre corps, à la limite du vertige, surtout quand on ne s'y attend pas : "Je t'aime".

À lire rapidement, ça paraît un peu court, comme formule. Et c'est encore pire dans d'autres langues : en italien, par exemple : "ti amo". Quelques lettres, tout au plus. Si l'on n'y prête garde, on peut même se méprendre. Ne pas être sûr(e) d'avoir bien entendu. Mais ce ne sont pas des mots dont on peut exiger qu'ils soient répétés immédiatement. Il faut savoir prêter l'oreille.

J'aime penser à tout ce qu'un "je t'aime" révèle. À tout ce qui se cache derrière ces simples mots. 


En écoutant récemment l'excellente émission "Ça ne peut pas faire de mal", sur France Inter, consacrée ce jour-là à l'écrivain Jack London, j'ai découvert que cet auteur savait précisément parler d'amour. Je vous laisse en juger :

"Il se retourna et vit la jeune fille. C'était une créature éthérée, pâle auréolée de cheveux d'or, aux grands yeux bleus immatériels. Il ne vit pas comment elle était vêtue : il vit seulement que sa robe était aussi merveilleuse qu'elle. Et il la compara à une fleur d'or pâle sur une tige fragile. Non ! C'était un esprit, une divinité, une idole !… Une aussi sublime beauté n'appartenait pas à la terre. Ou bien les livres avaient raison et il y en avait beaucoup comme elle, dans les sphères supérieures de la vie. Jamais il n'avait vu de femme semblable ! Quand il songeait à toutes celles qu'il avait connues !… (…) Vivre pour une femme pareille… pour la gagner, pour la conquérir - et… mourir pour elle. Les livres avaient raison : de telles femmes existaient - elle en était une". 

Dire "je t'aime", c'est dire beaucoup plus, en vérité : 


J'aime ça.
Penser à tous ces êtres qui s'aiment, de tout leur cœur, qui se le disent, par des mots ou des tendresses, en ce moment-même. Penser à tous ces gens qui ont, pour un autre, pour une autre, des sentiments aussi forts, aussi puissants, aussi sincères. Penser à tous ces autres qui n'attendent que ça. Qui espèrent. Qui rêvent. Qui imaginent. Et qui vivront bientôt une nouvelle histoire d'amour. Au moment où, peut-être, ils s'y attendront le moins.

Derrière un "je t'aime", en particulier lorsqu'il est réciproque, il y a enfin tout le bonheur que l'on reçoit. La confiance que ça génère. Et les habitués de ce blog savent à quel point j'aime cette chanson, justement parce qu'elle en dit long sur ce sentiment-là. On aimerait aimer une femme pour qu'elle se mette à chanter cette chanson :

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi