Accéder au contenu principal

Le règne du noir


Je prétends donner à ceux qui me liront, force, joie, courage, défiance et perspicacité”, écrivait André Gide dans son journal, en 1924. Je souhaiterais trouver un blogueur, aujourd'hui, un auteur, un parolier, un musicien - qu'importe ! - qui me donne “force, joie et courage”. Ce n'est pas une mince affaire. “Nous ne rencontrons d'ordinaire, parmi les gens intelligents, que des perdus, et parmi les gens d'action que des sots”. De nos jours, les gens intelligents sont tout aussi perdus qu'en 1924, et les sots le sont encore davantage.

Ce qui plaît à mes contemporains est souvent noir, triste, sombre, douloureux. Le quotidien ennuie, pèse, use, déprime. Alors on danse. Le présent effraie. On s'identifie aux pires situations. Alors qu'il n'y a ici ni guerre, ni épidémie, ni drame véritable, chacun broie du noir. Chacun toise son semblable. Tous les mêmes. Fort minables. Le nouveau clip à la mode confirme ce que j'avance ici.


Je rêve d'hommes - de femmes - qui me fassent rêver. D'inventeurs, de créateurs, d'idéalistes, d'utopistes. Je veux imaginer de nouvelles choses, dépasser la réalité, réinventer l'avenir. On comprendra bientôt que c'est là que se situe - précisément - la différence. Le conformisme est morose. Les réactionnaires sont populaires, les déclinistes plébiscités. C'est le moment de revenir au think different. C'est le moment d'avoir le cœur léger. C'est le moment d'y croire.

On me répondra peut-être que le mal est fait, que l'atmosphère moribonde - renforcée par la conjoncture économique - a rendu les hommes sinistres pour plusieurs générations. Mais je ne crois pas : je vois malgré tout, autour de moi, jour après jour, des gens qui continuent de se bouger les fesses pour faire avancer les choses. Des gens qui aiment rire et boire et manger. Des gens qui aiment la vie profondément et sont bien heureux ces derniers jours de voir les premiers rayons printaniers.

À défaut de réinventer le monde ce soir, je vous propose - en guise de conclusion - cet extrait du même Journal d'André Gide, qui fait sourire tout en faisant réfléchir (c'est, je crois, le propre des grandes phrases) :

Plus on a eu de difficulté à se procurer quelque chose, plus on y tient ; c'est la raison pour laquelle les sots sont si entêtés ; ils n'abandonnent volontiers aucune de leurs idées, parce qu'ils ont eu beaucoup de peine à les concevoir”. 

Commentaires

  1. Article criant de vérité...
    Les gens intelligents sont souvent perdus parce qu'ils comprennent qu'il n'y a pas d'issue sans changement, les autres agissent sans réfléchir, en pensant changer les choses.
    C'est ce sentiment qui retourne les tripes lorsque l'on lit ces auteurs dépeignant la société dans laquelle ils vivent, le manque de dynamisme et la morosité ambiante il y a de cela 40 ou 50 ans - et que rien n'a bougé, quand cela n'a pas empiré...
    "Il faut" mais personne ne fait car on nous prendrait pour des utopistes à vouloir modifier ce qui constitue ce quotidien si confortable ou pire encore on se retrouve à prêcher à des convertis, malgré les possibilités qui s'offrent à nous grâce aux technologies.
    Rendons-nous à l'évidence : il n'y a plus de penseurs, de vraie réflexion, car l'opinion publique considère que seuls des "spécialistes" sont en droit d'avoir un avis critique sur le monde - et ce malgré les apports de la technologie à la liberté d'expression et au partage des savoirs.

    Alors inventons demain sans oublier ce qui a été fait hier ou tomber dans le simple rejet...

    RépondreSupprimer
  2. Très bon article et très bon blog ;) bonne continuation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ce commentaire ! Revenez quand vous voulez. :)

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustrationHeart Machine
Cela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature, de poésie. J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent. 
De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés. 
Je vais continuer. Continuer d'écrire, ici, parce que c&…

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

Désormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message. Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable.
L'autre a lu mon message
Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée, ou plus “active” (…

Ne pas cesser d'écrire

Ne pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent. 
J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi.
Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliquer la panne. Man…