Accéder au contenu principal

Le futur coûte 3,2 milliards de dollars

C'est l'histoire d'un homme qui, après avoir inventé l'iPod au service d'Apple, comprend que l'avenir des nouvelles technologies repose sur les objets connectés - en particulier les objets domestiques - et se met à travailler sur un thermostat et un détecteur de fumée intelligents.

Cet homme s'appelle Tony Fadell, et son entreprise - baptisée Nest - vient d'être rachetée par Google pour la modique somme de 3,2 milliards de dollars (pour info, c'est la troisième plus grosse acquisition du géant du net). Dans toutes les conférences auxquelles a participé Tony Fadell, la même question revenait, encore et encore : “comment, vous, l'inventeur de l'iPod avec Steve Jobs, pouvez-vous aujourd'hui investir autant d'énergie et d'argent dans le développement de thermostats, aussi intelligents soient-ils ?”.

La maison connectée, by Google

Cette question semblait légitime. Il faut croire que la réponse apportée par cet entrepreneur a su convaincre - au moins - quelques personnes haut placées chez Google. À tel point que la question qui se pose à présent est celle-ci : “comment ne pas voir que l'avenir des nouvelles technologies se situe justement là ?”. 

Si on y réfléchit à deux fois, on peut se dire, en effet, qu'un thermostat intelligent a sa place dans toutes les maisons : c'est un objet discret qui peut, de facto, vous faire économiser de l'argent, en adaptant votre consommation d'énergie en fonction de vos habitudes de vie. Nest permet, en sus, de gérer à distance le chauffage de votre domicile, via une application mobile dédiée.

Pour ce qui concerne le détecteur de fumée, je pense que c'est un peu plus accessoire a priori, mais aussi plus rassurant. Ceux qui existent pour le moment sur le marché sont juste horribles : ils se mettent à produire une alarme assourdissante dès que vous vous faites un steak haché. 


Surtout, j'ai beau me creuser la cervelle depuis hier soir, je ne vois pas tellement d'autres objets qui mériteraient - plus que ceux-ci - d'être connectés à Internet, accessibles à distance et “intelligents”. Un frigo, un micro-ondes, un aspirateur, why not. Mais le thermostat, ça fait vraiment sens, immédiatement, je pense. Et encore une fois, ça vous permet d'économiser de l'argent, à terme.

Big Data Is Watching You

Bien entendu, pour Google, c'est aussi une façon de récupérer des données précieuses sur votre mode de vie, vos habitudes, l'heure à laquelle vous vous couchez, dans quelle pièce vous vous trouvez à tel ou tel moment, etc. Plusieurs internautes l'ont compris, et c'est la raison pour laquelle les responsables de la communication de Nest n'ont pas attendu pour rassurer les consommateurs sur ce point. 

Will Nest customer data be shared with Google?
Our privacy policy clearly limits the use of customer information to providing and improving Nest's products and services. We've always taken privacy seriously and this will not change.

Ainsi, les données récupérées ne seraient utilisées que pour améliorer les systèmes développés par Nest, et non à des fins commerciales, par Google. Je pense que nous avons le droit d'être septiques. Surtout de la part de Google. Surtout pour 3,2 milliards de dollars.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustrationHeart Machine
Cela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature, de poésie. J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent. 
De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés. 
Je vais continuer. Continuer d'écrire, ici, parce que c&…

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

Désormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message. Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable.
L'autre a lu mon message
Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée, ou plus “active” (…

Ne pas cesser d'écrire

Ne pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent. 
J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi.
Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliquer la panne. Man…