Accéder au contenu principal

La vie devant moi

La nuit ne se fait plus attendre, l’hiver non plus. Les trottoirs se couvrent de feuilles mortes pour se protéger du froid. Les passants frissonnent, pressent le pas. Les phares des voitures s’allument au milieu de l’après-midi. La journée est loin d’être finie ; pourtant « la couleur du soleil et celle de la nuit se mêlent et se succèdent » déjà. Je ne suis pas né de la dernière pluie, ni de la dernière bourrasque sur le boulevard Saint-Michel. Je connais tout cela.

La semaine dernière, je me suis rendu aux urgences ophtalmiques à six heures du matin. Une vive douleur à l’œil droit que chaque rayon de lumière relançait, intensifiait. Je me suis retrouvé dans cette salle froide, vide, morne, et terriblement lumineuse. Un panneau indique « au minimum » quatre d’heures d’attente. Je prends mon mal en patience.

C'est urgent, soyons patients

« Urgences » est le mot le moins bien choisi du jargon médical. Rien ne semble urgent. Nous sommes nombreux à attendre, à souffrir en silence, et le temps semble suspendu. Il ne se passe concrètement rien. « Patients », en revanche, est le terme adéquat. Nous sommes tous là, éberlués, assommés, fatigués. Nous voyons le personnel de l’hôpital constater que les toilettes sont bouchées, échanger sur la démarche à suivre, puis contacter un plombier. Nous finissons par voir arriver, travailler et repartir, ce dernier. Voilà notre seule distraction. Nous ne ratons aucune miette de ce feuilleton passionnant, car nous n'avons rien d'autre à nous mettre sous la dent.

L’indication lumineuse, au moins, disait la vérité. Après 4h30 d’attente, ce fut mon tour. On m’a diagnostiqué une uvéite antérieure aiguë. En gros, une infection de l'œil. Une semaine d’arrêt de travail, et de nombreuses analyses à faire pour voir ce qui avait provoqué ce mal. Ça allait de la tuberculose à la syphilis, en passant par la maladie de Lyme et le sida. De quoi être tout à fait rassuré, donc.

La vie est là

Je sais aujourd’hui que je vais bien, que je n’ai aucune de ces maladies-là, et que mon œil voit de nouveau normalement. J’ai simplement eu un bilan de santé général (prise de sang et radio des poumons) à vingt-sept ans. Ce n'est pas plus mal.

Quelques jours avant cet épisode aussi soudain que douloureux, je m’étais dit que j’allais écrire un billet de blog qui s’intitulerait « la vie devant moi ». Il faut croire que le destin souhaitait me donner une leçon, en me rappelant la fragilité de l’existence.


Cela dit, ça ne change rien. Aujourd’hui, j’ai le sentiment d’avoir la vie devant moi. De nombreuses rencontres sont encore à venir, de nombreux événements, de nombreux rebondissements. Je vais changer, probablement. L’essentiel sera de ne pas perdre mon fil conducteur, ce qui fait que je suis moi.

Un jour, dans très longtemps j'espère, ma vie sera devant moi, mais différemment. Elle sera sur la table. Elle se présentera à moi. Je pourrai relire mon histoire, repenser à tout ce qui s’est passé, à tout ce que j’ai vécu. Il faut que j'en aie conscience dès aujourd'hui, que je fasse en sorte que cette vie  soit la plus belle et la plus heureuse possible. 

Pour sourire, ce jour-là.

Commentaires

  1. Je n'aime pas que tu aies à aller aux urgences, et suis heureux que tu ailles bien.

    Je t'embrasse,

    Nicolas

    RépondreSupprimer
  2. heureuse que tu ailles bien !
    Que tes yeux fonctionnent bien et que les yeux de ton coeur te donnent la vision d'une vie remplie de joie !
    Je t'embrasse fort,
    Brigitte

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustrationHeart Machine
Cela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature, de poésie. J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent. 
De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés. 
Je vais continuer. Continuer d'écrire, ici, parce que c&…

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

Désormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message. Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable.
L'autre a lu mon message
Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée, ou plus “active” (…

Ne pas cesser d'écrire

Ne pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent. 
J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi.
Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliquer la panne. Man…