Éloge à la Jeune Fille

(…) 

Ceci est réservé à la seule Jeune Fille. 

À celle à qui tous les maris du monde sont promis, 
— mais qui n'en tient pas encore.

À celle dont les cheveux libres tombent en arrière, sans emplois, sans fidélité, 
et les sourcils ont l'odeur de la mousse.

À celle qui a des seins et qui n'allaite pas ; un cœur et n'aime pas ;
un ventre pour les fécondités, mais décemment demeure stérile.

À celle riche de tout ce qui viendra
qui va tout choisir, tout recevoir, tout enfanter peut-être.

À celle qui, prête à donner ses lèvres à la tasse des épousailles, tremble un peu,
ne sait que dire, consent à boire, — et n'a pas encore bu.

Victor Segalen. (Stèles)


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

La foule familière de passants inconnus

Les vagues