Besoin de moins

De temps en temps, il faut savoir s'arrêter, prendre quelques jours de repos à la campagne. Se mettre au vert, tout simplement. Si l'on y réfléchit bien, de quoi avons-nous besoin, sinon d'un livre, d'un fauteuil, d'un peu de temps devant soi et de tranquillité ? La joie sur Terre tient à quelques objets du quotidien, finalement. 

À l'instant où je vous parle, je comprends parfaitement l'hésitation de Bilbo le Hobbit, quand l'aventure vient le tirer de son bonheur discret. Pourquoi partir à l'encontre des obstacles, des trolls, des chemins boueux, des ogres, du Mordor, quand on vit paisiblement dans une maison douillette, au coin du feu ?

Presque rien

De quoi avais-je besoin, moi ? De moins. 
J'avais besoin de petits riens, de détails, de miettes de vie, de souvenirs, de plaisirs silencieux, de repas de famille, d'herbe, de forêt, d'oiseaux.

De ciel bleu, aussi, mais enfin bon, ce n'était probablement pas l'année pour ça. 


Si toi aussi, comme moi, tu te poses des questions. Si toi aussi, tu doutes, bien souvent. Si tu ne sais pas trop où tu en es, ni où tu vas, ni pourquoi, ni comment. Si tu traverses parfois la ville avec un nœud dans le cœur. Si tu hésites à faire ce que tu as toujours voulu faire, au fond, parce que tu ne trouves pas le temps, parce que tu ne sais pas comment commencer, comment t'y prendre, alors fais-moi confiance, prend quelques jours de repos à la campagne.

Là, peut-être que tu ne trouveras pas de réponses à tes questions. Mais tu arrêteras aussi de t'en poser, tout simplement. Et tu comprendras qu'il n'y a jamais de bons moments pour se consacrer à l'essentiel.







Commentaires

  1. Hé, déménage de Paris et installe-toi à la campagne ! ;)
    Jamais je ne reviendrai habiter dans une grande ville, je tiens trop à mon hibou du soir et à mes oiseaux du matin.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

La foule familière de passants inconnus

Du nœud au dénouement