Accéder au contenu principal

Qui suivre, sur Twitter ?

Vous venez de vous inscrire sur Twitter. Pour diverses raisons, qui ne regardent que vous d’ailleurs, vous avez enfin (il était temps !) décidé de franchir le pas. Ça y est, maintenant, vous y êtes. Seulement voilà, vous vous sentez un peu seul. Que faire désormais ? Que raconter ? Et surtout : qui suivre ?

Bien entendu, tout dépend de vous. De votre activité, de vos centres d’intérêt, de vos habitudes, de vos contacts passés. Mais contrairement à la plupart des réseaux sociaux, Twitter ne se limite pas à vous proposer un nouveau moyen de communication avec des personnes que vous connaissez déjà. Au contraire : il s’agit de découvrir de nouvelles personnes.

Pour commencer

Si les médias vous intéressent, commencez par suivre le compte officiel de vos journaux favoris. Le compte du Monde est très bien, notamment. Et je vous recommande chaudement certains journalistes qui possèdent leur propre compte, et qui tweetent de façon moins formelle, moins institutionnelle, mais toujours pertinente : je pense  à @SamuelLaurent en particulier.
Certains comptes sont très bien faits pour revoir des émissions, découvrir des nouvelles fraîches : @puremedias ou @confidentiels, entre autres.

Si la communication vous plaît, il y a ces 25 comptes recommandés par @NicolasBordas. Je vous recommande pour ma part @Adtimes bien sûr, ainsi que @MathieuFlex @cyroultwit @Naro @basile_viault @LLLLITL @joelapompe ou encore @p8perplane

Si les nouvelles technologies vous passionnent, suivez @latelier @hebiflux ainsi que @cdeniaud @matdelat @indixit et @M_C_B. Pour une veille globale sur tous les sujets d'actualité, il y a @Moswaa ou bien @Arnaud_thurudev : l'oiseau de Minerve, toujours présent.


Il y a de nombreux passionnés sur Twitter

Si le jeu vous intéresse, je vous invite à suivre ma mère : @hardycath qui sait de quoi elle parle, croyez-moi. Si votre passion est le vin, ne cherchez plus, suivez @cocofromwoods qui maîtrise mieux que personne ce sujet. Pour les architectes, il y a @jo_delb qui mérite le détour. Pour les éditeurs, @HeightsJohnson est faite pour vous. Et dans ce cas, @Vikler est également inévitable. Pour les designers, ne passez pas à côté de @GeoffreyDorne.

Si vous voulez suivre la bourse en temps réel, il y a @fabricepelosi.

À votre place, je suivrais également @JulieDejean (bien évidemment) @scadak (of course) @Nathanael_V @csegalen @annegim @miChmski @renaudedba @klarAgora @mariewatch @Fasnao @celinemartins @antoinesire @spacer92 @lactuaalaloupe @dollyjessy @melodiane.

Si vous n'aimez pas Facebook, je vous conseille @LoicChauveau, qui ne l'aime pas non plus.

À suivre…
Cette liste non-exhaustive sera actualisée au fil du temps. 
Si vous ne vous y trouvez pas encore, soyez patients, et revenez sur cette Page de temps en temps. Certains oublis sont inévitables, mais seront corrigés. En attendant, pour vous remercier de votre compréhension, je vous invite à découvrir tweetping.net : un site qui présente en temps réel et de façon assez stylée tous les tweets publiés dans le monde. Ah, et puis vous pouvez me suivre, aussi : @basiloo 




Commentaires

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustrationHeart Machine
Cela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature, de poésie. J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent. 
De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés. 
Je vais continuer. Continuer d'écrire, ici, parce que c&…

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

Désormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message. Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable.
L'autre a lu mon message
Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée, ou plus “active” (…

Je Me Force Un Peu Parfois

Je me force un peu, parfois.  Je me dis que ça fait longtemps, que j'ai reçu de nombreux encouragements depuis que j'ai commencé à écrire, ici, et que cela devrait suffire à m'inciter à poursuivre, régulièrement. Je suis heureux d'avoir plusieurs fois trouvé les mots pour parler de certains sentiments, de certaines impressions, qui avaient de la valeur à mes yeux. Heureux d'avoir réussi à transmettre - des idées, des envies, des émotions peut-être ? - ce qui autrement serait resté au fin fond de ma conscience. 
Se forcer à écrire, pour soi, d'abord, et pour les éventuels lecteurs nocturnes qui souhaitent lire autre chose que des analyses politiques post-conférence de presse / post-grand débat national / post-gilets jaunes. Ou bien des dissertations sur la reconstruction de Notre-Dame, à l'identique ou surtout pas. Cet éternel retour, des pour, des contre, et de tous les autres, qui argumentent ou qui s'indignent.
Je me force un peu, parfois. Parce que ç…