Accéder au contenu principal

La part des choses

Êtes-vous nomophobe ? Voici le titre d’un article du Huffington Post, sur lequel j’étais tombé il y a quelques jours. Comme vous peut-être, je ne savais pas ce que ce terme signifiait. La nomophobie désigne simplement le fait d’être privé trop longtemps de son mobile, et l’angoisse qui en résulte  directement (no-mobile-phobie).

Une étude de la société technologique SecurEnvoy indique ainsi que les deux tiers des usagers mobiles souffriraient de “nomophobie”. “Sur mille personnes interrogées, 66 % d’entre elles reconnaissent avoir ressentis des symptômes d’anxiété lorsqu’elles étaient séparées de leur téléphone, la catégorie des 18-24 ans étant la plus touchée”.

Phobie des temps modernes

En y réfléchissant bien, c’est assez normal. “En moyenne, dans les pays occidentaux, une personne consulte son portable 150 fois par jour”, indique l’article du Huffington Post, en se fondant sur une autre étude. Le chiffre est peut-être exagéré, mais l’omniprésence du mobile n’est plus à démontrer. Cette angoisse est donc naturelle, d'une certaine façon.

Sur le fond, en ce qui me concerne, je suis parfois nomophobe, parfois nomophile. Je n’en fais pas une maladie. L’important est, je crois, de savoir faire la part des choses. On en revient aux mêmes préceptes ancestraux : l’essentiel est de ne pas céder à la démesure.
Il faut aussi savoir reconnaître certaines réalités. Il y avait des gazouillis bien avant Twitter, par exemple.
J’étais ce week-end à la campagne, et je m’en suis bien rendu compte. La vraie vie a du bon. Mais il faudrait dépasser l’antagonisme habituel. Nous n’en sommes plus là ; quand on sait par exemple qu’Apple a dépassé aujourd’hui les 25 milliards de téléchargements sur l’App Store. C’est aussi ça, la vraie vie. C’est aussi ça, notre présent, désormais.

Anachorètes connectés

Et puis, dans l’absolu, si j’ai toujours cette envie de partir loin, très loin, parfois - fantasme éternel -, j’aimerais bien partir avec mon téléphone, au moins. La tour d’ivoire sans wifi, très peu pour moi.  Si j’ai la chance, un jour, en essuyant avec un piteux sopalin la lampe poussiéreuse d’un génie généreux, faisant apparaître ce dernier devant moi, de pouvoir exaucer trois vœux, croyez-bien que j’exigerais quelques conditions préalables. Je ne suis pas né de la dernière pluie. J'ai appris à déchiffrer les contrats des opérateurs mobiles. La plage, ok, le soleil, ok, la légère brise, ok, les pieds dans la mer translucide, ok, mais aussi un accès Internet haut-débit pour narguer mes amis parisiens.
À ce propos, je suis certain que lorsqu'il y aura la 4G, partout, et que les portables se rechargeront d'eux-mêmes, le nombre de voyageurs intrépides explosera.


J’en connais qui se reconnaîtront dans ce dernier paragraphe. Un, en particulier, qui fait ses vacances sur le dos d'un dromadaire, en tweetant les photos (prises sur Instagram) des oasis resplendissantes, au beau milieu d'un désert paradisiaque, pour les envoyer à ses collègues de bureau.

Mais il a raison. Autant profiter pleinement des chances qui nous sont offertes. 
D'autant qu'encore une fois, je sais faire la part des choses.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustrationHeart Machine
Cela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature, de poésie. J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent. 
De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés. 
Je vais continuer. Continuer d'écrire, ici, parce que c&…

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

Désormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message. Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable.
L'autre a lu mon message
Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée, ou plus “active” (…

Je Me Force Un Peu Parfois

Je me force un peu, parfois.  Je me dis que ça fait longtemps, que j'ai reçu de nombreux encouragements depuis que j'ai commencé à écrire, ici, et que cela devrait suffire à m'inciter à poursuivre, régulièrement. Je suis heureux d'avoir plusieurs fois trouvé les mots pour parler de certains sentiments, de certaines impressions, qui avaient de la valeur à mes yeux. Heureux d'avoir réussi à transmettre - des idées, des envies, des émotions peut-être ? - ce qui autrement serait resté au fin fond de ma conscience. 
Se forcer à écrire, pour soi, d'abord, et pour les éventuels lecteurs nocturnes qui souhaitent lire autre chose que des analyses politiques post-conférence de presse / post-grand débat national / post-gilets jaunes. Ou bien des dissertations sur la reconstruction de Notre-Dame, à l'identique ou surtout pas. Cet éternel retour, des pour, des contre, et de tous les autres, qui argumentent ou qui s'indignent.
Je me force un peu, parfois. Parce que ç…