25 ans

J’étais le week-end dernier à la campagne, pour fêter mes 25 ans avec des amis. J’en suis revenu heureux, après ces heures passées à discuter, sur une chaise longue, au soleil. Sortir de Paris, prendre l’air, profiter du bon temps de la jeunesse ; converser, échanger, débattre, rire, jouer, raconter des histoires, des anecdotes ; se promener, traverser la forêt, arpenter un chemin pour rejoindre des champs qui ouvrent l’horizon.

25 ans. Vingt-cinq ans. Pour la première fois de ma vie, les personnes à qui je disais mon âge me répondaient par une formule étonnante : « ah, 25 ans, le quart de siècle ! ». Comme si cela était évident, comme si cela signifiait quelque chose. Je remarque que l’on ne convertit un âge en quotient pour aucun autre anniversaire. On ne dit pas « ah, 20 ans, le cinquième de siècle », ni le tiers, ni le demi, et encore moins « ah, 75 ans, les trois quarts de siècle ! ».
J’ai pris conscience de ce que l’on disait, surtout, par ces mots : un siècle représente aujourd’hui grosso modo une vie humaine. Je suis donc dans l’absolu au quart de ma vie. Me voilà bien avancé.

Je ne tiens pas à me focaliser sur ces considérations. Je préfère me dire que je ne regrette rien – non, rien de rien – de ces années passées ; et que je ne crains pas les années à venir. En tapant « 25 ans » sur Google, on tombe très vite sur le lien suivant : “le blues des 25 ans”. Blues qui, si j'en crois ces lignes, doit correspondre à un « malaise discret ».
Ça va, pour ma part, je me sens plutôt bien… pour le moment.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les Questions De Mes 20 Ans

Comme une évidence

Un sourire aperçu