Accéder au contenu principal

La primauté de la communauté

Communication et communauté sont aujourd'hui indisociables, dans toutes les stratégies mises en place sur les médias sociaux. Cette relation semble à chacun tout à fait évidente. Et l'on peut mettre en place des plans de communication visant à accroître la notoriété de la marque, à renouer avec le consommateur, le client. En ayant toujours en tête que l'on vise, in fine, une ou plusieurs communautés.
Mais si cela est évident aujourd'hui, il n'y a pas si longtemps encore, la communauté en tant que telle n'avait pas la même place dans la communication. On communiquait plutôt avec un ou des publics. On ciblait certaines catégories socio-professionnelles. On cherchait à classer les consommateurs en groupes et sous-groupes.
Tout cela, on le fait toujours, d'ailleurs. Mais sur Internet, c'est bien la communauté qui prime.


Ces sites communément communautaires


Dans quelle mesure Facebook ou Twitter sont-ils des sites communautaires ? Ils rassemblent des individus, qui se réunissent, le cas échéant, en groupes. Mais parfois de façon très superficielle, en cliquant simplement sur le “like” d'une page sur laquelle ils ne reviendront pas forcément de sitôt. Le caractère communautaire de l'activité de chacun des membres dépend avant tout du profil de ce membre, justement, c'est-à-dire de sa propension à partager, échanger, converser.

Communément, la communauté domine, sur Internet. C'est le bon sens, ou le sens commun, qui le veut. C'est aussi bien sûr parce que toutes ces plates-formes sociales nous viennent des Etats-Unis. Et que leur vocabulaire nous inspire.

Communards facebookiens

Dans l'imaginaire collectif français, ce mot renvoie à d'autres domaines. On parle de communauté religieuse, de communauté ethnique, par exemple. Et l'image du communautarisme n'est pas pour plaire à tout le monde, en France. Celle de la Commune renvoie à une histoire sanglante, à une “année terrible”. Le communisme ne fait plus autant d'adeptes qu'auparavant, et certainement beaucoup moins que Facebook actuellement.
Si l'on interrogeait un panel représentatif de personnes, en France, combien pourrait convenir appartenir à une communauté ? Peu, sans doute. Relativement.


Et pourtant, faut-il vraiment remettre en question la pertinence de ce mot ?
De fait, les communautés rassemblent en ligne des personnes qui partagent certains intérêts, certains goûts, ou certaines valeurs. Les marques ont elles aussi des valeurs à défendre, justement. S'adresser à une communauté en ligne, la faire vivre, c'est nourrir la confiance d'un nombre que l'on espère croissant d'individus. Ce qu'a très bien montré Frédéric Bascuñana, en revenant sur la notion de Trust Management.  Ce que les membres d'une communauté ont en commun, c'est d'abord et avant tout cette confiance qu'ils accordent à l'entreprise, ou l'organisation, qui les rassemble.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustrationHeart Machine
Cela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature, de poésie. J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent. 
De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés. 
Je vais continuer. Continuer d'écrire, ici, parce que c&…

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

Désormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message. Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable.
L'autre a lu mon message
Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée, ou plus “active” (…

Ne pas cesser d'écrire

Ne pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent. 
J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi.
Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliquer la panne. Man…