L'éternel retour du poisson rouge

La fin, de la semaine, commence. Demain, rien de trop planifié, rien de prévu, rien d'arrêté. La nuit qui s'annonce ne sera pas brutalement interrompue, au petit matin, par un réveil trop ponctuel. 

Le rossignol de Cyrano

Jusqu'ici, tout va bien. Je poursuis mon chemin. J'essaye de ne pas me poser trop de questions, de ne pas chercher à savoir ce qui va advenir. “Ce qui arrive en fin de compte, ce n'est pas l'inévitable, mais l'imprévisible”. Cette phrase de Keynes revient régulièrement dans mon esprit, comme pour m'éviter d'inutiles anticipations. Nassim Nicholas Taleb finit de me convaincre sur ce point. La puissance de l'imprévisible est telle qu'il est vain d'entrevoir le futur. Il faut l'imaginer, tout au plus. Rester aux aguets. Que sera sera. Whatever will be, will be. The future's not ours to see

“Le rossignol qui du haut d'une branche se regarde dedans, croit être tombé dans la rivière. Il est au sommet d'un chêne et toutefois il a peur de se noyer”. Cyrano de Bergerac. 

Paragraphe en vrac
Je m'en vais gazouiller sur Twitter, plutôt que de me mirer dans la flaque, depuis l'une des palmes du cocotier. Et puis, peut-être, je sortirai. J'irai sur les bords de la Seine, dans la nuit. La nuit, tous les chat sont gris. Et les rossignols chantent aussiVienne la nuit, sonne l'heure. Les jours s'en vont. Je demeure. Je vais errer. Penser à toutes ces choses. Ce soir, Julie n'est pas là. Elle dîne chez une amie. “Chéri, y a des trucs à manger dans le frigo. J'vais rentrer tard sans doute, après le dernier métro. Tu vas pouvoir enfin te faire une soirée tranquille. Je t'… - et là y a un cœur dessiné au stylo bille [je sais, j'inverse les rôles, mais à part Lila, personne ne remarquera rien]. 
Ce paragraphe est comme une chambre mal rangée. Tant pis. Je poursuis. J'aime bien le désordre de temps en temps. La vie n'est pas un bocal. L'éternel retour, c'est pour les poissons rouges. Pas pour les hommes. Les hommes progressent, échouent, se relèvent, construisent, se trompent, détruisent, recommencent, partagent, échangent, imaginent. Et ça dure depuis bien longtemps. En vrac. Mais pas de la même manière

Car une chambre n'est jamais mal rangée deux fois de la même façon.

Commentaires

  1. l'imprévu est le seule certitude du futur... Henri LABORIT

    Je t'embrasse, Nicolas

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

La foule familière de passants inconnus

Du nœud au dénouement