Accéder au contenu principal

La tête dans le cloud

Alors que la fin de l'année s'annonce doucement, que le froid s'intensifie, que la neige s'apprête à tomber, je repense un peu à ces dernières semaines passées. A ce que j'ai appris, cette année. Je ne vais pas faire une liste de tous les concepts abordés à L'Atelier, avec toute l'équipe, mais aussi avec tous ces professionnels. Je ne vais pas évoquer une à une les tendances que j'ai pu voir émerger, ou s'intensifier, au fil des mois. Ce serait trop long, et trop confus sans doute. 

La tête dans les nuages

Je ne vais prendre qu'un exemple. Il s'agit du cloud computing. Il est assez difficile pour moi de savoir qui, parmi les personnes que je côtoyais, et que je continue à côtoyer d'ailleurs, sait précisément de quoi il s'agit. Personnellement, je n'avais jamais entendu parler des “services hébergés dans les nuages” avant d'arriver à L'Atelier. Et pourtant, il s'agit là d'une tendance lourde, amenée à se propager durablement, et qui concerne d'ores et déjà la vie quotidienne de millions de personnes. 
Tous les services seront sans doute un jour accessibles sur Internet, depuis n'importe quel appareil. Il n'y aura plus de logiciels “bureautiques”, tels que nous les connaissons. Mais des applications en SaaS (software as a service), s'offrant simplement, en quelques clics, et permettant de sauvegarder tous ses contenus sur la Toile. 
Les différents instituts d'études, du Gartner à ComScore, en passant par Celent ou ABI Research, anticipent un succès colossal de ces services. Et ce, dès les prochaines années.

Et si le ciel nous tombait sur la tête ? 

C'est tout notre rapport à l'informatique qui sera bientôt bouleversé. Connectés en permanence. Nous ne posséderons plus rien, sinon l'accès à des données conservées, stockées, sauvegardées, mises à jour par d'autres. Cela change la donne. D'une part les choses seront plus simples, plus rapides, plus sécurisées aussi je pense - même si ça peut paraître paradoxal de prime abord -, et d'autre part cela ouvrira des perspectives auxquelles on ne songe pas encore. 

Les nuages. C'est une belle image en tout cas. Même si, en filant la métaphore, les plus anxieux ou les plus réfractaires au progrès pourraient soutenir qu'un ciel dégagé est toujours plus souhaitable qu'un plafond nuageux, où chaque opérateur, fournisseur de service, constructeur, se battrait pour imposer sa propre couche grisâtre au-dessus de nos têtes. Les Gaulois n'avaient peur que d'une chose, parait-il : que le ciel finisse par leur tomber sur la tête.
Peut-être que cette phobie absurde prendra un sens, dans quelques années. Le bug de l'an 2000 inquiétait, mais il ne représente rien par rapport à un monde où tout dépend de quelques milliers de serveurs, dispersés ici ou là.
Mais je ne suis pas de nature pessimiste. Le ciel qui s'ouvre devant moi ne m'effraie pas plus que ça.

Justes cieux

Je fais confiance à ceux qui construisent ce monde. A ceux qui élaborent le futur, qui innovent. Qui ont déjà un temps d'avance. Je suis probablement naïf à cet égard, mais j'ai du mal à m'en empêcher. Je me dis qu'il y aura toujours des personnes pour défendre les meilleures solutions. Et puis j'aime les nuages, dans le fond. J'aime leurs formes, leur lente évolution. J'ai toujours aimé regarder les nuages, en particulier du hublot d'un avion. Quand on se retrouve soudainement au-dessus.
Problème : aujourd'hui, j'ai peur de l'avion

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustrationHeart Machine
Cela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature, de poésie. J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent. 
De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés. 
Je vais continuer. Continuer d'écrire, ici, parce que c&…

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

Désormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message. Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable.
L'autre a lu mon message
Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée, ou plus “active” (…

Ne pas cesser d'écrire

Ne pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent. 
J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi.
Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliquer la panne. Man…