Accéder au contenu principal

Up up and away

Je connais ça. Il est sept heure du matin. Le soleil se lève tout juste. La lumière du jour pénètre peu à peu dans ma chambre mais je ne m'en rends pas compte. Je dors encore. La tête plongée dans l'oreiller. Tout est suspendu. J'aime me représenter cet instant, ces quelques minutes qui précèdent le moment fatidique où le réveil finit par s'enclencher. Car il s'enclenche, l'imbécile. Julie tend le bras, et met fin à cette sonnerie qui vient d'interrompre mes rêves. Elle allume mécaniquement la radio. France Inter. 
Et se rendort aussitôt. 

Je suis fatigué. Au bout de trois quarts d'heure, je finis par émerger un peu. Je prends une décision : aujourd'hui sera une bonne journée. Je me lève, je descends prendre une douche. Je pense à tous ces autres, qui au même moment font à peu près les mêmes gestes que moi, dans leur chez eux. Je me souviens d'une étude selon laquelle un Français sur cinq a le sentiment de n'avoir pas assez dormi lorsqu'il s'éveille, chaque matin.
Ça me rassure un peu.

Paris dans le soleil du matin

Julie dort encore. Je lui souhaite une bonne journée, et je sors dans la rue. Je me dirige vers l'arrêt de bus. 12 minutes d'attente. Tant pis, aujourd'hui, j'irai à pieds. Me voici bientôt sur les quais. Il y a déjà pas mal de monde qui se presse. Mais je m'arrête un instant. Paris est magnifique à cette heure-ci. Je me penche vers la Seine, sur le pont des arts. Je regarde le fleuve, ses courants.
“I'll be up up and away, up up and away, 'cause in the end they'll judge me anyway, so whatever” 
Je serai bientôt assis à mon bureau. Le visage des personnes que je croise dans la rue confirme les statistiques précédemment évoquées. C'est fou comme ils semblent tous en représentation. Ils jouent leur rôle, comme d'habitude. Mais le matin, la plupart des personnes peinent à paraître telles qu'elles aimeraient qu'on les perçoive. Forcément.



Ça me les rend plus sympathiques. Et puis je suis comme elles, avec mes cheveux en épis, séchés par le vent frais du matin, les yeux encore plein de sommeil sans doute.

Prendre le temps de ne pas aller vite

Oui je connais ça. Je connais ces matins. Je les connais et je les aime. J'aime ces moments où la journée n'a pas encore vraiment commencé. Où l'on peut prendre le temps de ne pas aller vite, pour paraphraser le titre d'un article que j'ai lu aujourd'hui. Où l'on est libre d'errer un peu, de regarder ce qui se passe autour de soi, et qui passe. Qui sont tous ces gens, où vont-ils, avec leurs propres problèmes, leurs propres angoisses, leurs propres rêves, leurs préoccupations, leurs espérances, leurs souvenirs, leurs regrets, leur conscience.

Et vous, qui venez de me lire. Avec votre vie, vos convictions, vos remords, vos douleurs, vos errances, vos matins.

Prenez s'il vous plaît le temps de ne pas aller vite, demain, en vous levant. Juste le temps de vivre. 

Commentaires

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustrationHeart Machine
Cela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature, de poésie. J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent. 
De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés. 
Je vais continuer. Continuer d'écrire, ici, parce que c&…

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

Désormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message. Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable.
L'autre a lu mon message
Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée, ou plus “active” (…

Ne pas cesser d'écrire

Ne pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent. 
J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi.
Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliquer la panne. Man…