Accéder au contenu principal

Leadership for the sixties

Le pot de Nutella est vide. Il est posé là, sur un dictionnaire déchiré (Le Petit Robert 1967). J'ai refermé son  couvercle et posé la cuiller sur le dessus. Un paquet de Pringles git également à quelque distance. Je suis au dernier étage de la petite maison. Je vois donc par la fenêtre le ciel grisâtre, sale, poussiéreux. 
Je viens de boire un verre de porto, d'une bouteille rapportée de la Quinta Nova, il y a quelques temps déjà.   Je regarde quelques vieilles photos ; étrangement ça ne me rend pas trop nostalgique. Du moins pas mélancolique. 

Je lève la tête, et observe une nouvelle fois cette large affiche, héritée de mon grand frère, qui l'avait dans sa chambre de bonne, rue Gay-Lussac : “Kennedy for President. Leadership for the 60s”. Comme je l'ai dit hier soir à mes amis lillois, passés prendre un verre à la petite maison, cette affiche m'a toujours donné du courage. C'est d'elle que je tire un certain optimisme, et une certaine détermination. Non que je m'imagine un jour connaître le même destin, mais simplement, cette illustration historique incarne pour moi l'espoir d'un grand nombre de personnes, et évoque tous les efforts d'une campagne présidentielle, l'élan qu'elle a dû susciter. 

Lorsque l'on est un peu amorphe, que le temps semble suspendu, que les livres ornent le bureau à la manière de cadavres sur un champ de bataille, et que le mois de mai est aussi immonde, infâme, déprimant, il est important d'avoir quelques images pour retrouver de la motivation. Il y avait une carte postale, que je tiens aussi de mon grand frère - décidément - reprenant une phrase de Samuel Beckett : “quand on est dans la merde jusqu'au cou, il ne reste plus qu'à chanter”. Je ne suis pas un grand chanteur, mais cette carte me redonnait courage dans les moments difficiles de mes vingt ans (j'aime parler comme un ancêtre). Et, souvent, je chantonnais un peu. 

Je vais me remettre à travailler mon mémoire. Cette pause “blog” était en quelque sorte semblable aux pauses "clopes” que je faisais auparavant. Dans un lointain passé. Moins nocive simplement, du moins je l'imagine. 

Commentaires

  1. Jolie pause blog, pas nocive pour un poil : Beckett, Katanzakis : même combat : "Quelle catastrophe patron quelle formidable catastrophe" rit Zorba. Mais lui danse plus qu'il ne chante...
    A Orsay, le radeau de la méduse, et sur l'horizon, cette petite voile, vue et montrée du doigt par les naufragés : une allégorie de l'espoir.
    A chacun son affiche... Je t'embrasse.
    Nicolas

    RépondreSupprimer
  2. Il faut inviter plus souvent ses amis. Moins regarder d'affiches.
    m

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustrationHeart Machine
Cela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature, de poésie. J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent. 
De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés. 
Je vais continuer. Continuer d'écrire, ici, parce que c&…

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

Désormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message. Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable.
L'autre a lu mon message
Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée, ou plus “active” (…

Je Me Force Un Peu Parfois

Je me force un peu, parfois.  Je me dis que ça fait longtemps, que j'ai reçu de nombreux encouragements depuis que j'ai commencé à écrire, ici, et que cela devrait suffire à m'inciter à poursuivre, régulièrement. Je suis heureux d'avoir plusieurs fois trouvé les mots pour parler de certains sentiments, de certaines impressions, qui avaient de la valeur à mes yeux. Heureux d'avoir réussi à transmettre - des idées, des envies, des émotions peut-être ? - ce qui autrement serait resté au fin fond de ma conscience. 
Se forcer à écrire, pour soi, d'abord, et pour les éventuels lecteurs nocturnes qui souhaitent lire autre chose que des analyses politiques post-conférence de presse / post-grand débat national / post-gilets jaunes. Ou bien des dissertations sur la reconstruction de Notre-Dame, à l'identique ou surtout pas. Cet éternel retour, des pour, des contre, et de tous les autres, qui argumentent ou qui s'indignent.
Je me force un peu, parfois. Parce que ç…