Accéder au contenu principal

Envoyé spécial

J'ai l'air de me prendre un peu trop au sérieux ? Oui, d'accord. Mais lorsque je poste une telle photo, assez humiliante en un sens (puisque je suis seul dans un hôtel à me photographier dans la glace de la salle de bain), c'est du second degré, forcément. 
N'empêche, pendant deux jours, j'ai été “envoyé spécial". Ce n'est pas rien ça, “envoyé spécial”. 
Ces mots sonnent étrangement, je trouve. “Envoyé spécial”. Si l'on n'y réfléchit pas, c'est la classe, évidemment. Mais si l'on s'y arrête, ne serait-ce qu'une seconde, et qu'on les observe attentivement, ils sonnent un peu faux. Envoyé de quoi, envoyé où, pourquoi ? Envoyé ? Autrement dit, posté ? Comme un colis, comme une enveloppe ? Envoyé en voyage. Propulsé à quelques kilomètres pour couvrir un événement. Spécial ? Oui, c'est logique. Envoyé spécialement pour couvrir cet événement. Envoyé occasionnel, ça signifie la même chose, mais ce n'est probablement pas assez valorisant.

Mais de quel événement ai-je donc été l'envoyé spécial ? Venons en un peu au fait, et cessons de tourner autour du pot. 
Envoyé spécial au Salon Imagina, à Monaco.
J'étais envoyé par l'Atelier pour dénicher quelques innovations au salon Imagina. 
Il s'agit d'un Salon dédié à la 3D. Je sais, j'ai détesté Avatar, et pourtant, c'est moi que l'Atelier a choisi pour couvrir l'événement. Mais justement, au-delà d'Avatar, la 3D continue d'inspirer les professionnels. En errant un peu au travers du salon, j'ai découvert des cartographies en trois dimensions très détaillées, qui s'inondent le cas échéant, si l'on choisit de simuler une faille dans le barrage avoisinant. J'ai assisté à des démonstrations de réalité augmentée. J'ai parcouru des stands de conception virtuelle, de design, de modélisation. J'ai compris comment fonctionnait un scanner 3D. J'ai appris qu'une souris avait spécialement été créée pour  s'adapter aux technologies en trois dimensions. J'ai noté que Second Life se faisait une seconde peau avec la possibilité de créer son propre univers professionnel. Et tant de choses encore…
Un salon, en fin de compte. Avec de nombreux stands, et quelques vraies innovations. Au final, je suis content de ces quelques jours passés à Monaco. Bon, Monaco, en soi, ce n'est pas incroyable. Il y a quelques belles citadelles et la mer, mais il y a surtout des immeubles, des voitures de luxe, des personnes ostensiblement riches, qui ne partagent probablement pas mes convictions politiques, des formules déjeuners à 35 euros dans les restaurants, un parc japonais dédié à la princesse Grace, deux ou trois bars, et beaucoup d'hôtels et de casinos. A part ça, pas grand chose. Disons que je n'y passerai certainement pas ma vie, ni même ma retraite. Mais deux jours, comme ça, en tant qu'envoyé spécial, ça valait carrément le coup. 

Commentaires

  1. Duuuuude arrête de faire genre tu aimes pas les casinos! :)

    (signé: the secret poker winner)

    RépondreSupprimer
  2. (c'est pour mon travail. Ils ne doivent pas savoir que mes 450 euros de notes de frais correspondent à un bad beat à la river…)

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustrationHeart Machine
Cela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature, de poésie. J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent. 
De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés. 
Je vais continuer. Continuer d'écrire, ici, parce que c&…

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

Désormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message. Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable.
L'autre a lu mon message
Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée, ou plus “active” (…

Je Me Force Un Peu Parfois

Je me force un peu, parfois.  Je me dis que ça fait longtemps, que j'ai reçu de nombreux encouragements depuis que j'ai commencé à écrire, ici, et que cela devrait suffire à m'inciter à poursuivre, régulièrement. Je suis heureux d'avoir plusieurs fois trouvé les mots pour parler de certains sentiments, de certaines impressions, qui avaient de la valeur à mes yeux. Heureux d'avoir réussi à transmettre - des idées, des envies, des émotions peut-être ? - ce qui autrement serait resté au fin fond de ma conscience. 
Se forcer à écrire, pour soi, d'abord, et pour les éventuels lecteurs nocturnes qui souhaitent lire autre chose que des analyses politiques post-conférence de presse / post-grand débat national / post-gilets jaunes. Ou bien des dissertations sur la reconstruction de Notre-Dame, à l'identique ou surtout pas. Cet éternel retour, des pour, des contre, et de tous les autres, qui argumentent ou qui s'indignent.
Je me force un peu, parfois. Parce que ç…