Le devoir présent de la jeunesse

« Commencez par croire et par aimer, vous ferez une République qui croira et qui aimera. Sous l'enveloppe  respectable, mais froide de la République officielle, créez la République des cœurs et des esprits, la République vivante. Celle-là suppose comme fondement concret de l'État non pas des formules abstraites, mais des individus forts de la seule force morale. C'est là ce que j'appelais l'avènement d'un quatrième pouvoir, le pouvoir de la conscience.
Il existe déjà, je le sais, une puissance qu'on nomme l'opinion publique : je demande qu'elle se transforme et devienne la conviction publique. L'opinion passe, la conviction reste. L'opinion fait les hommes de parti, la conviction les hommes de devoir.
Un pays qui n'a que des opinions en change au gré des caprices ou de ses intérêts, un pays qui aura des convictions ne se les laissera arracher ni par la peur des sacrifices à faire, ni par le spectacle du long triomphe de l'injustice ».
Ferdinand Buisson, Le Devoir présent de la jeunesse, 1898.

Commentaires

  1. Conviction plus qu'opinion, j'aime bien, mais les "sacrifices à faire"... brrr ! Si c'est renoncer à ma part de dessert, d'accord, mais s'il s'agit de la vie de ces jeunes gens ... Mourir pour des idées, d'accord, mais de mort len-en-te, d'accord, mais de mort len-en-te...cat

    RépondreSupprimer
  2. Rassure-toi ! Cette partie de la phrase me gênait moi aussi, mais il faut savoir que Ferdinand Buisson était un philosophe, fondateur et président de la Ligue des droits de l'homme, ayant reçu le prix Nobel de la Paix en 1927.
    Il fut aussi un grand défenseur de l'enseignement gratuit et laïc à travers la Ligue de l'enseignement. Député, proche de Jules Ferry, il a d'ailleurs créé le substantif de « laïcité ».
    Il fut l'instigateur de la massification de l'enseignement primaire, qui ouvrit de nombreux droits à des populations qui n'en avaient pas (élèves déficients ou handicapés).
    Les « sacrifices » dont il parle ne sont donc pas ceux auxquels on pense de prime abord. Ferdinand Buisson n'était pas franchement belliciste. Et il aurait aimé la chanson de Brassens, j'en suis convaincu.

    RépondreSupprimer
  3. presque 20 ans de militantisme m'ont démontré que la plupart des gens n'ont même pas d'opinion, alors des convictions...

    fabricio

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

La foule familière de passants inconnus

Du nœud au dénouement