La Saveur du Réel

16.9.13 Basile Segalen 0 Comments


Il marchait sur un pied sans savoir où il poserait l'autre. 
Au tournant de la rue le vent balayait la poussière et sa bouche avide engouffrait tout l'espace.
Il se mit à courir espérant s'envoler d'un moment à l'autre, mais au bord du ruisseau les pavés étaient humides et ses bras battant l'air n'ont pu le retenir. 
Dans sa chute il comprit qu'il était plus lourd que son rêve et il aima, depuis, le poids qui l'avait fait tomber.

Pierre Reverdy


0 commentaires: