Supplication

Tes yeux, impassibles sondeurs
D'une mer polaire idéale,
S'éclairent parfois des splendeurs
Du rire, aurore boréale.

Ta chevelure, en ces odeurs
Fines et chaudes qu'elle exhale,
Fait rêver aux tigres rôdeurs
D'une clairière tropicale.

Ton âme a ces aspects divers : 
Froideur sereine des hivers,
Douceur trompeuse de la fauve.

Glacé de froid, ou déchiré
À belles dents, moi, je mourrai
À moins que ton cœur ne me sauve.

Charles Cros

Commentaires

  1. Merci pour ce commentaire. En effet, tous les lundi, un poème sur ce blog. #lundipoésie

    RépondreSupprimer
  2. La vestale aux douces rondeurs
    Menait l’existence idéale
    De ceux qu’abrite la splendeur
    D’une forteresse ecclésiale ;

    C’était un havre de candeur,
    Un paradis pour la moniale ;
    On n’en sentait pas la fadeur,
    Ni la routine un peu triviale.

    Mais quand l’arbre redevint vert,
    Quand le printemps chassa l’hiver,
    Elle rêva d’étreindre un fauve ;

    Le cloître n’est plus un rempart,
    Nous la voyons sur le départ :
    Avec un troll, elle se sauve.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

Les vagues

À dire vrai