Pour vivre heureux, vivons peu nombreux ?

Et si le monde ne comptait pas six milliards d'individus - six milliards d'autres - mais seulement six cents, tout au plus ? 

Quand on y réfléchit bien, ce n'est qu'une question de zéros. Et pourtant, tout serait si différent…
On pourrait choisir le meilleur endroit sur Terre, et s'y installer tous, sans la moindre querelle de propriété. Le monde étant si vaste, cela n'aurait pas de sens. Devant de magnifiques montagnes, on pourrait vivre en paix. Avec largement suffisamment de champs et de cultures pour nourrir chacun d'entre nous. Une prospérité naturelle, universelle, sans d'inutiles labeurs et d'ignobles déchirements. Sans pauvreté. Sans misère.

Mais bon, les points négatifs se comptent aussi par centaine, en fait. 

Il n'y aurait pas d'étranger, malheureusement. Pas de diversité. Si peu de rencontres. Beaucoup de consanguinité. Et puis, Internet n'aurait jamais été inventé, ni même le téléphone. Aucun réseau social, aucune plate-forme collaborative, aucune série américaine à regarder tranquillement chez soi, après une belle journée de travail. Non, la vie serait triste, en fait. Ça donnait envie, pourtant…

Commentaires

  1. C'est la première chose à laquelle j'ai pensé : "Oui mais y'aurait pas internet...".
    #addict

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

La foule familière de passants inconnus

Les vagues