demain, il n'y a pas bureau…

Que c'est agréable d'être dans son lit, à minuit moins cinq, un vendredi soir !

C'est l'avantage des stages, ça fait apprécier comme jamais jusque là les week-end. Avant, soit j'étais en prépa et je bossais aussi le week-end (préparation de concours blancs, journée à la BSG, dissertation, colles etc.), soit j'étais au Lycée ou à la Fac, et autant j'avais hâte que les cours se terminent tous les jours, autant le week-end, bon. Il n'était pas aussi libérateur.
Quant à sciences-po, c'est encore autre chose, et j'aimais surtout les week-end car c'était le moment où je retrouvais Julie. 
Cette fois, j'apprécie le vendredi soir pour toute la plénitude qu'il comporte, pour sa tranquillité. Je me sens libre aussi, comme un gamin qui, soudain, peut se coucher à l'heure qu'il veut, car demain “il n'y a pas école”. 

Oui, j'aime profondément le vendredi soir, car je me dis en moi-même : “demain, il n'y a pas bureau”. 

Commentaires

  1. Par contre, pas de bol, il y a le frère et la belle-soeur relous qui vous tirent du lit à 9,00 pour vous emmener au Luxembourg sous la pluie!!!!
    Bises.

    RépondreSupprimer
  2. Mais non mais non. C'est toujours un plaisir. Vraiment. :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

La foule familière de passants inconnus

Les vagues