Accéder au contenu principal

Mine de rien, le temps passe

Mine de rien, le temps passe. J'ai beau être encore le plus jeune dans la pièce, bien souvent, cela est de moins en moins le cas. Mes vingt ans sont déjà loin. Je fais moi aussi partie de cette dernière génération qui a connu le monde sans Internet

En France, selon l'Insee, 28 ans est l'âge moyen où les femmes ont leur premier enfant. C'était 24 ans dans les années 1960. Selon certains sondages américains, c'est aussi à 28 ans qu'une personne n'est plus considérée comme "jeune". C'est ce que pense également la SNCF, d'ailleurs, puisque ça y est, malgré un répit de quelques années, je n'ai plus droit à la carte jeune

Je repense à tout ce que j'ai accompli, déjà (lire : ce qui a été fait). À tout le chemin parcouru. À tous ces souvenirs qui s'accumulent. "J'ai plus de souvenirs que si j'avais mille ans. Un gros meuble à tiroirs encombré de bilans, de vers, de billets doux, de procès, de romances, avec de lourds cheveux roulés dans des quittances, cache moins de secrets que mon triste cerveau." En déménageant, on mesure tout ce que l'on possède, de cartes postales, de lettres, de babioles, d'objets divers. On prend conscience aussi de toutes les images que l'on garde en mémoire, en tête ou au cœur. 

Mais qu'ai-je appris, de la vie, que je ne savais pas à vingt ans ? Quelles leçons puis-je tirer de ces dernières années ? Voilà des questions qui ne sont pas simples, mais qui méritent d'être posées, je crois. Car au fond, grandir, ça devrait servir à ça : gagner en sagesse. Faire moins d'erreurs, comprendre ce qui se passe. Trouver, sinon un sens à la vie, du moins quelques principes fondateurs.

"Se mettre toujours dans des situations où il ne soit pas permis d'avoir de fausses vertus, mais où, comme le funambule sur sa corde, on ne puisse que tomber ou tenir - ou s'en sortir…" Nietzsche

J'ai découvert ce qu'était la vie active, le monde du travail, le stress, parfois, l'organisation d'une entreprise, ses travers. J'ai vu dans mon entourage des personnes qui n'étaient pas loin du burn out. J'ai compris ce qu'étaient les responsabilités professionnelles, ce que ça signifiait, de payer des impôts régulièrement. J'ai eu le temps de voir le monde changer


J'ai été très triste, comme je ne l'avais jamais été. J'ai appris à ne pas le montrer. À me relever, comme un grand, en comprenant simplement enfin ce que racontaient tous ces romans que j'avais déjà lus, toutes ces chansons que j'avais déjà entendues. Ce n'était plus une fiction, une abstraction, c'était la vie. C'était mon tour. C'était à moi d'expérimenter tout ça.

J'ai ouvert un nouveau chapitre de vie, au sens fort cette fois, pour découvrir de nouveaux bonheurs quotidiens, de nouveaux univers, de nouvelles personnes. Ne pas repartir de zéro - encore heureux ! -, mais rebattre les cartes, pour un nouveau départ. Pour une nouvelle ivresse existentielle. 

La seule différence, c'est que mine de rien, le temps passe.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr