Accéder au contenu principal

Le balayage des jours

Le balayage des jours. Un événement en chasse un autre. Dimanche dernier, mes voisins étaient souriants, dans la rue, klaxonnant, riant, s'applaudissant. Nous étions champions du monde et les scooters filaient sans casque sur les boulevards heureux. Plus d'embrassades aujourd'hui. Les inconnus le sont redevenus. On se croise, on s'adresse un salut simple, courtois, dans l'ascenseur. On s'ignore sur les boulevards communs.

C'est la loi naturelle. L'ordre des choses.

L'actualité en est l'incarnation-même. Chaque nouvelle vient effacer celle de la veille. Rien n'est plus vieux que le journal déjà lu, qui git dans le sac poubelle de la station de métro traversée par les bourrasques du matin. Quel que soit l'événement, il ne dure jamais très longtemps. Aucun drame ne s'éternise jamais, à cette échelle-là.

So what?

Dans nos vies personnelles, c'est un peu différent. Il y a des souvenirs qui restent, des jours qui changent tout, soudainement, et à jamais. Même si, dans notre quotidien, ça reste assez similaire, quand on y pense. Un mauvais jour finit toujours par s'achever. La nuit vient tout recouvrir, et le temps fait son office. On oublie. On avance. Et ce qui nous rendait triste est bientôt effacé.

La seule question qui vaille, donc, si l'on s'arrête une seconde, un soir d'été, est la suivante : que restera-t-il, à la fin des fins ? Puisque le temps défile et que chaque peine et suivie par une joie, elle-même remplacée par un sentiment différent encore ; puisque rien n'arrête cette course effrénée vers l'alcôve obscure dont parle Baudelaire ; puisqu'en fin de compte, il en restera si peu, de tout cela : il faut vivre, vivre et vivre encore. Penser à l'essentiel, à ce qui importe, à ce qui marque, à ce qui reste. 

Et agir en fonction. Faire, construire, imaginer, écrire, rêver, partager, sortir, rire, embrasser, vouloir. Tout est autrement superflu. Il faut œuvrer. Trouver ce qui nous anime, ce qu'on aime faire par-dessus tout, et s'y atteler. Son domaine de prédilection. Ce qui nous fait kiffer. Car c'est là qu'on sera bon, qu'on sera performant, qu'on sera admirable, même, qui sait ?

Au crépuscule, il ne restera que ce qu'on aura fait, ou que ce qu'on aura vécu. Tout le reste aura déjà disparu depuis longtemps. Balayé par les jours, comme le vent balaye les feuilles mortes.

Commentaires

  1. Joyeux universaire.. ! Avec 1 jour de retard ou 364 jours d'avance. Tout est relatif. Le temps surement. Je souhaite que de belles révolutions te mène à une destinée flamboyante, je t'adresse mes baisers-souvenirs et mon clin d'œil éternel. Il y aura toujours un quart d'heure de songe dans ta direction, basileus gratias.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi