Accéder au contenu principal

Suivez votre intuition

Les affiches ont été placardées pendant plusieurs semaines, dans les rues, sur les façades des immeubles, sur les piliers des ponts enjambant les autoroutes. Je ne pouvais m'empêcher de me demander qui pouvait bien trouver la motivation nécessaire pour coller de telles affiches pour un tel candidat, présentant si peu de chances de réussite, dans des endroits parfois aussi difficiles d'accès. Une telle abnégation pour Asselineau était pour le moins fascinante.

Toujours est-il que le message était bien lisible, en lettres blanches et majuscules : suivez votre intuition. L'injonction ne semblait pas correspondre une seconde à la bouille du bonhomme, en costume, qui la surplombait. 

Si je cherche à me représenter ce que m'inspirent les mots "suivez votre intuition", les images qui me viennent à l'esprit sont assez différentes : je pense au courage d'un baiser héroïque et soudain un soir de printemps, sous une pluie chaude, lors d'une soirée inattendue. Je vois un entrepreneur audacieux qui décide de tout plaquer pour donner une chance à son projet. Je me représente une artiste brusquement inspirée qui se retrouve embarquée dans une pulsion créatrice, le pinceau dans une main, la palette multicolore dans l'autre, dans la chambre de bonne du dernier étage d'un immeuble parisien. En tout cas, ce que je ne vois pas, c'est un homme d'une soixantaine d'années en costume triste et à l'air patibulaire, figé face à l'objectif.
“Have the courage to follow your heart and intuition. They somehow already know what you truly want to become. Everything else is secondary.” Steve Jobs
"Faut-il suivre son intuition ?" On dirait un sujet de philo au baccalauréat. Il faudrait commencer par définir les termes du sujet. Le mot provient du latin intuitio et contient l'idée d'un mouvement ("in" (de l'intérieur) "tui" (jaillit) "tio" (vers l'extérieur)). L'intuition jaillit, s'impose, immédiatement. Comme une idée, une pensée venue d'on-ne-sait-où. Un pressentiment qui apparaît, et qu'on a envie de prendre en compte.

Je me souviens d'une interview du champion du monde d'Échecs, Magnus Carlsen, qui parlait de l'intuition. Il disait que le premier coup qui lui venait à l'esprit - que l'intuition l'amenait à jouer a priori - était presque toujours celui qu'il finissait par jouer effectivement, après avoir pris le temps de refaire tous les calculs nécessaires dans sa tête.

Suivre son intuition a l'avantage de libérer la conscience ; ne plus faire et refaire des calculs infinis, ne plus peser le pour et le contre, ne plus réfléchir aux conséquences potentielles, simplement y aller, tenter le coup, en un mot comme en cent : oser.

Au mieux, ça fonctionnera. Au pire, on dira que c'était audacieux. Et en un sens inévitable, puisque ça découlait de l'impérieuse injonction de l'intuition.

© illustration photo Behance 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi