Accéder au contenu principal

Suivez votre intuition

Les affiches ont été placardées pendant plusieurs semaines, dans les rues, sur les façades des immeubles, sur les piliers des ponts enjambant les autoroutes. Je ne pouvais m'empêcher de me demander qui pouvait bien trouver la motivation nécessaire pour coller de telles affiches pour un tel candidat, présentant si peu de chances de réussite, dans des endroits parfois aussi difficiles d'accès. Une telle abnégation pour Asselineau était pour le moins fascinante.

Toujours est-il que le message était bien lisible, en lettres blanches et majuscules : suivez votre intuition. L'injonction ne semblait pas correspondre une seconde à la bouille du bonhomme, en costume, qui la surplombait. 

Si je cherche à me représenter ce que m'inspirent les mots "suivez votre intuition", les images qui me viennent à l'esprit sont assez différentes : je pense au courage d'un baiser héroïque et soudain un soir de printemps, sous une pluie chaude, lors d'une soirée inattendue. Je vois un entrepreneur audacieux qui décide de tout plaquer pour donner une chance à son projet. Je me représente une artiste brusquement inspirée qui se retrouve embarquée dans une pulsion créatrice, le pinceau dans une main, la palette multicolore dans l'autre, dans la chambre de bonne du dernier étage d'un immeuble parisien. En tout cas, ce que je ne vois pas, c'est un homme d'une soixantaine d'années en costume triste et à l'air patibulaire, figé face à l'objectif.
“Have the courage to follow your heart and intuition. They somehow already know what you truly want to become. Everything else is secondary.” Steve Jobs
"Faut-il suivre son intuition ?" On dirait un sujet de philo au baccalauréat. Il faudrait commencer par définir les termes du sujet. Le mot provient du latin intuitio et contient l'idée d'un mouvement ("in" (de l'intérieur) "tui" (jaillit) "tio" (vers l'extérieur)). L'intuition jaillit, s'impose, immédiatement. Comme une idée, une pensée venue d'on-ne-sait-où. Un pressentiment qui apparaît, et qu'on a envie de prendre en compte.

Je me souviens d'une interview du champion du monde d'Échecs, Magnus Carlsen, qui parlait de l'intuition. Il disait que le premier coup qui lui venait à l'esprit - que l'intuition l'amenait à jouer a priori - était presque toujours celui qu'il finissait par jouer effectivement, après avoir pris le temps de refaire tous les calculs nécessaires dans sa tête.

Suivre son intuition a l'avantage de libérer la conscience ; ne plus faire et refaire des calculs infinis, ne plus peser le pour et le contre, ne plus réfléchir aux conséquences potentielles, simplement y aller, tenter le coup, en un mot comme en cent : oser.

Au mieux, ça fonctionnera. Au pire, on dira que c'était audacieux. Et en un sens inévitable, puisque ça découlait de l'impérieuse injonction de l'intuition.

© illustration photo Behance 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq