Accéder au contenu principal

Jusqu'à présent

Jusqu'à présent, nous vivions en paix. Nous sortions, nous buvions, nous faisions la fête. Nous allions sereinement au cinéma, sans craindre quoi que ce soit. Nous prenions le métro sans être aux aguets, nous consultions les médias sociaux sans nous attendre à de nouvelles attaques. Nous étions cette génération bénie, n'ayant jamais connu la guerre, heureuse de vivre aujourd'hui et ici, dans ce havre de paix européen.

Le 11 novembre, deux jours avant les attentats de Paris, nous nous souvenions de ces générations précédentes, mortes pour rien, dans l'horreur des tranchées. Nous ne nous attendions pas à ce que de nouvelles personnes, des semblables, des amis, périssent au front de notre insouciance, deux jours plus tard. Célébrer la paix, 48 heures avant de vivre le retour de la guerre. Ironie morbide.

"L'objet de la guerre, c'est la paix". Aristote
Jusqu'à présent, nous étions jeunes, insouciants, libres. Nous avions des idées, des projets, nous imaginions notre vie future, nous rêvions de mille et une choses. Jusqu'à présent, nous pouvions rire devant des vidéos stupides, sur youtube, écouter des musiques variées, converser avec des dizaines d'autres sur twitter. Jusqu'à présent nous vivions en paix. Nous sortions, nous buvions, nous faisions la fête.

Alors continuons !

Sortons, buvons, faisons la fête. Vivons pleinement. Soyons fous, insouciants, inventifs, railleurs. Plaisantons, rassurons-nous, réchauffons-nous, regroupons-nous. Vivons comme si c'était la paix ! C'est la meilleure façon de gagner cette guerre étrange.

Guerre dans laquelle les terrasses, les pintes et les cacahouètes font partie de nos armes les plus imparables. Vivons, comme nous avons vécu, jusqu'à présent.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi