Accéder au contenu principal

So far

Je me souviens d'un après-midi à Lille, dans une salle de Sciences-Po, préparant un oral blanc. Pas n'importe lequel, d'ailleurs : celui que l'on appelle le Grand O. Étape indispensable, passage obligé, rite initiatique. Une trentaine de minutes pour démontrer ce que l'on vaut.

Nous étions cinq ou six, attablés à différents coins de la pièce, avec nos feuilles de brouillons jaunes ou mauves, nos stylos bic, et notre anxiété respective. Dans la même salle, un élève passait face à notre prof de sociologie. Pour ma part, je devais plancher sur le sujet suivant : “le travail et la réalisation de soi”. Ce souvenir est d'actualité, donc, puisque nous sommes aujourd'hui le 1er mai.

Jusqu'ici, tout va bien

J'ai oublié ce que j'ai raconté ce jour-là. Sans doute en partie tout et n'importe quoi. C'est aussi ça, l'exercice : montrer que l'on peut s'exprimer sur n'importe quel sujet. Une amie présente dans la salle s'était amusé, ensuite, d'une formule que j'avais prononcée : “si l'on se réalise par le travail, cela signifierait que le travail rend réel ?”. C'est tout ce qui reste, sans doute, de mon passage à cet instant. Pas grand chose, par conséquent.

Je me souviens également de celui qui s'exprimait au moment où je devais, moi, préparer mon argumentation. Il avait cité dans son intro le film “La Haine”, et l'une des phrases récurrentes dans les premières minutes de cette fiction : “jusqu'ici, tout va bien”.



Je pense souvent à cela, depuis, mais d'une façon différente.
J'aime m'arrêter pour penser au chemin parcouru, à ce que j'ai fait, à ce que j'ai vécu, ce que j'ai découvert, aux personnes que j'ai récemment rencontrées, à celles qui ont pris d'autres routes, que j'ai perdu de vue. Je ne vis pas ma progression dans la vie comme une chute - vision trop pessimiste.

So good

Je préfère le titre d'un livre que j'ai feuilleté hier : intitulé So Far, il revenait sur les dix premières années d'Apple. Avec ce sous-titre : The First Ten Years of A Vision.

Pour moi, oui, jusqu'ici, tout va bien. Je suis heureux. Mais ce n'est pas un bonheur naïf, inconscient, une sérénité illusoire, une allégresse innocente, ce n'est pas une joie adolescente, prématurée. C'est un bonheur construit, avec le temps. C'est un bien-être que je souhaite durable.

Chateaubrian affirmait : “je n'ai point encore rencontré d'homme qui n'eût été trompé dans ses rêves de félicité”.

J'espère moi qu'il se trompait dans son analyse. Et qu'il se retournera dans son outre-tombe.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi