Accéder au contenu principal

En campagne avec soi-même

La campagne électorale, longue, âpre, éprouvante, s'achève. Calme plat. Calme républicain. Le protocole se charge de rassembler un peuple, de faciliter la transition. La mémoire commune nous réunit : peu importe le parti, l'opinion, quand nous songeons à celles et ceux qui sont morts pendant les grandes guerres du siècle précédent. La politique s'incline toujours face à l'Histoire.

Dans quelques jours, une nouvelle ère va s'ouvrir. L'alternance. Comme une respiration démocratique. Tout ce processus - la campagne, les débats, l'élection, les cérémonies - me font prendre conscience que la France est aussi une machine, avec ses rouages. Un corps, dont les institutions sont autant d'organes vitaux.

Président de son propre corps électoral

Le rythme des élections change simplement la donne. Le corps humain n'a pas besoin de se réorganiser tous les cinq ans. Ce serait étrange de s'appliquer à soi ce que l'on applique au pays. Je veux dire par là de se remettre en question tous les cinq ans, de reconsidérer ses choix propres, ses convictions profondes, de s'interroger sur le chemin que l'on a commencé à emprunter. 

Peut-être que j'ai moi aussi une majorité silencieuse en mon for intérieur. Des pensées que je ne soupçonne pas. Un inconscient qui aimerait que je lui propose quelque référendum. Pendant quelques mois, je pourrais entrer en campagne avec moi-même, comme un joueur d'échecs expérimenté qui joue ses propres coups et ceux de son adversaire, simultanément. 

Bilan d'un quinquennat existentiel

Je pourrais faire mon bilan. Regarder avec minutie ce qui a été fait. Me reprocher certains actes, certains choix. Mesurer les conséquences de telle ou telle initiative malheureuse. Tout en reconnaissant bien sûr les avancées, les réussites. Sans me congratuler, je pourrais me comparer à d'autres. Je pourrais fictivement me choisir un modèle allemand : un autre moi-même, en quelque sorte, un idéal vers lequel je pourrais tendre.
Qu'ai-je fait concrètement ces cinq dernières années ?

Et si le changement, c'est maintenant, quel serait mon changement, à moi ? Pour reprendre la phrase du film Le cœur des hommes : “qu'est-ce que je ferais si j'étais moins con ?”. Que dois-je corriger chez moi ? Quels sont les principaux défauts que je peux rectifier immédiatement ? Quelles réformes puis-je engager pour ma propre personne ? 
D'autant que je suis intimement convaincu que chacun peut changer

Chacun doit savoir se poser ces questions. 
Il nous faut regarder, mais il nous faut aussi dire les choses, faire, agir, et changer. Cela revient d'une certaine façon à se confier un nouveau mandat. À se faire confiance.

En évitant, si possible, la cohabitation.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'image parle d'elle-même

35 % des Français interrogés par TNS Sofres  (en juin 2012) affirment avoir déjà posté plus de 100 photos en ligne. Un chiffre parmi d'autres, bien sûr, mais qui illustre assez bien notre époque : celle de la prééminence de l'image . La photographie avait déjà une place de choix dans les années 1980 ou 1990, c'est certain, mais elle est devenue une pièce maîtresse de la conversation .  L'image, élément de langage Comme le souligne très justement André Gunthert dans cet article  (que je vous recommande) : “ pour la première fois de son histoire, la photographie traditionnelle est devenue une pratique de niche au sein d'un univers plus vaste, structuré par les mobiles et les réseaux sociaux : l'image communicante ”. Et de rappeler qu'en France, en 2011, il se vendait 4,6 millions d'appareils photographiques (deux fois plus qu'à la fin des années 1990) contre 12 millions de smartphones. Le mobile et les réseaux sociaux sont de fait les

Remplacer “Week-End” par un mot français

T ous les lundis, on trouve des gens pour se plaindre . Et tous les vendredis, des gens pour se réjouir. C'est devenu habituel, commun, systématique. Des sites ont même été créés dans cet esprit.  http://estcequecestbientotleweekend.fr par exemple. Bien entendu, il y a des exceptions . Il y a des gens qui ne travaillent pas, ou des gens qui travaillent à temps partiel, voire des gens qui travaillent uniquement le week-end. Cela étant, on retrouve quand même ce rythme, éternel.  Ce qui est assez fou, quand on y pense, c'est que depuis le temps, personne n'a été capable en France de trouver un nom pour désigner le week-end . On utilise ce terme 150 fois par an, dans nos conversations, sans chercher à le remplacer par une expression made in France .  Bientôt le SamDim “Fin de semaine”, la traduction littérale de “week-end” désigne finalement le jeudi et le vendredi, dans le langage courant. Il faut donc trouver autre chose :  Je propose Samdim

Chacun sa chimère

“ S ous un grand ciel gris, dans une grande plaine poudreuse, sans chemins, sans gazon, sans un chardon, sans une ortie, je rencontrai plusieurs hommes qui marchaient courbés. Chacun d'eux portait sur son dos une énorme Chimère , aussi lourde qu'un sac de farine ou de charbon, ou le fourniment d'un fantassin romain. Mais la monstrueuse bête n'était pas un poids inerte; au contraire, elle enveloppait et opprimait l'homme de ses muscles élastiques et puissants; elle s'agrafait avec ses deux vastes griffes à la poitrine de sa monture; et sa tête fabuleuse surmontait le front de l'homme, comme un de ces casques horribles par lesquels les anciens guerriers espéraient ajouter à la terreur de l'ennemi. Je questionnai l'un de ces hommes, et je lui demandai où ils allaient ainsi. Il me répondit qu'il n'en savait rien, ni lui, ni les autres; mais qu'évidemment ils allaient quelque part, puisqu'ils étaient poussés par un invincible besoin d