Accéder au contenu principal

Le fil des écouteurs

Le progrès, aussi fulgurant et considérable soit-il, s'accompagne toujours de quelques résistances. Comme si le passé venait se rappeler aux bons souvenirs de ceux qui sont résolument tournés vers l'avenir.

Quelque fois, c'est dans un détail infime que se joue ce contre-mouvement.

Au fil du temps

Lorsque je suis dans les transports en commun, enfin assis, et que je m'apprête à écouter de la musique, je me fais souvent cette réflexion. L'envie d'écouter mélancoliquement ces mélodies connues, sauvegardées précieusement sur mon iPhone, s'accompagne d'abord du plaisir de vivre au XXIe siècle : un siècle où des centaines de chansons peuvent être contenues dans un téléphone que l'on emporte avec soi. Jamais nos ancêtres, même les plus imaginatifs, n'auraient pu concevoir une telle éventualité : tout un monde de musique accessible immédiatement, du bout des doigts.

Les voyageurs modernes sont chanceux.

D'autant que c'est à une époque où les trajets sont les plus confortables, les plus rapides, que l'on ajoute ce confort musical ; il y a là une grande injustice. Je suis certain que les hommes et les femmes du XVIIe siècle auraient aimé écouter un peu de Bach pendant leurs voyages chaotiques en diligence. Quite à être bringuebalé pendant des heures, dans la chaleur moite d'une cabine trop étroite, entassé avec d'autres passagers indélicats, autant que ce soit mélodieux.


Chaque fois que je suis dans les transports en commun, donc, je commence par mesurer la chance qui est la mienne. Encouragé par toutes ces pensées progressistes, et alors que je remercie silencieusement les ingénieurs informatiques inconnus qui m'ont offert par leur travail acharné le droit d'écouter ma playlist tranquillement, le temps de rentrer chez moi, je sors mon appareil de la poche de mon manteau. Et là, à chaque fois ou presque, se produit ce contre-temps dont je parlais précédemment…

Je suis confronté à un problème : celui du fil de mes écouteurs.

Du fil à retordre

Pendant de (trop) longues minutes, me voilà contraint de démêler ces écouteurs de malheur. Comprenez-moi bien : mon envie d'écouter de la musique est à cet instant à son summum, et cet exercice laborieux me paraît absurde. Je savourais le présent, en plaignant mes ancêtres mélomanes privés de musique, et je me retrouve dans une situation grotesque où je dois désemmêler ces fils avec une certaine dextérité.

La même dextérité que celle de ces aïeuls qui passaient leur soirée d'hiver à tricoter et détricoter des pelotes de laines (oui, j'ai une image quelque peu clichée du passé, je le reconnais).


Depuis l'invention du walk-man, autant dire depuis l'antiquité, on est amené à démêler les fils de ses écouteurs avant de jouir pleinement des morceaux que l'on aime. Ça pose quand même un vrai problème, non ?

Ça démontre en tout cas que certaines inventions emportent avec elles quelques stigmates.


Dans tout progrès, vous trouverez l'empreinte du passé.

Ce billet de blog aborde l'un des sujets les plus importants de notre époque, j'espère que vous vous en rendez bien compte.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent