Un soupir d'automne

Passent les jours, et passent les semaines. Cette étrange sensation d'avoir déjà vécu une centaine de fois ce retour de l'automne. J'ai déjà envie de sortir le radiateur du placard. De ranger mes vêtements d'été sous le lit et de m'emmitoufler dans des pulls chauds et des écharpes soyeuses. 

Ça vient super vite, cette envie d'infusion, de plaid, de série à deux sous la couette. En même temps, viennent ces impressions familières, ces parfums, cette atmosphère automnale. Ces lumières, quand le soir tombe plus tôt et que les phares des voitures et des feus tricolores dansent autour des passants. Si seulement Rimbaud ou Verlaine étaient encore là pour mettre les mots sur ces sensations-là. 

Suis-je bête ? Ils sont encore là :

"Et l'air a l'air d'être un soupir d'automne,
Tant il fait doux par ce soir monotone".
Paul Verlaine

Je mesure aujourd'hui à quel point cette saison m'a souvent inspiré des billets. Un automne jonché de tâches de rousseur. Un automne dont on sent les prémices. Un automne où tout semble en suspension


Sans parler bien sûr de ce billet où je cite Rostand : un triste beau jour de septembre

Je vais aller chercher Camille à la gare, nous allons marcher dans les rues de Paris. Et je sais, d'avance, que je vais revivre ce concert d'émotions diverses, que mes sens vont de nouveau se trouver dans l'ébullition des feuilles mortes, de la brise, de la pluie fine, des flaques et de la douce mélancolie. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

La vie devant moi

Nous attendons de l'autre qu'il nous sauve