Accéder au contenu principal

Pourquoi j'aime la Poésie

Je ne saurais expliquer comment m'est venue l'envie d'apprendre par cœur des poèmes, quand j'avais une dizaine d'années. Bien sûr, il y avait des livres chez moi. Des bibliothèques qui accordaient une place non négligeable à la poésie. Bien sûr, j'aimais ces recueils, qui s'ouvraient d'eux-mêmes aux pages les plus précieuses, offrant ces mots qui disaient tout en disant peu. "Il faut peu de mots pour dire l'essentiel". Bien sûr, j'avais la chance d'avoir, à portée de la main, Aragon, Baudelaire, Éluard, Reverdy ou Rimbaud.

Et puis, il y avait mon arrière-grand-père, cet héritage culturel transmis dès le plus jeune âge. Ce Victor Segalen dont je pouvais parcourir les ouvrages originaux. Pour sentir ce papier proche d'un papyrus, soigneusement plié entre deux plaques de bois fines que tenait jointes un ruban. Ça aide, d'avoir ainsi dès l'enfance une admiration pour l'écriture. Et une raison supplémentaire de lire des poèmes.

Mais au-delà de ces raisons, nombreuses… de ce simple conditionnement ; au-delà de ce privilège, de cet habitus culturel, de cette chance sociologique, il y a eu autre chose. Une envie qui ne s'explique pas. Il y a eu la magie de ressentir - à l'instant-même où je lisais ces vers pour la première fois, et bien avant que je ne les apprenne par cœur - tout ce que contenaient ces formules. Je parlais ce langage. Ou ce langage, plutôt, me parlait. "Les beaux livres sont écrits dans une sorte de langue étrangère", comme l'écrivait Proust.

J'ouvrais tel recueil, je lisais, et immédiatement, le sens des mots - ou du moins un sens particulier pour moi - pénétrait mon âme. Je n'y pouvais rien. C'était comme ça. Je n'avais encore jamais aimé et je ressentais de la peine en apprenant Le Pont Mirabeau. Je n'avais encore rien vécu et je me sentais pourtant nostalgique en apprenant Le Ciel est par-dessus les toits de Verlaine. Pourquoi j'aime la poésie ? Je n'en sais rien. Parce que j'ai de la chance, voilà tout. La chance d'aimer cela, depuis le premier jour. 

Si vous aussi vous aimez ça, ou si vous ne savez pas trop, je vous conseille quelques poèmes, juste ici, juste pour voir : quelques poésies rassemblées sur ce blog. J'avais pris l'habitude d'en poster une nouvelle, chaque lundi. Ou pour paraphraser Boris Vian : "pourquoi j'aime la poésie ? Parce que c'est joli". 

Source © Illustration.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'image parle d'elle-même

35 % des Français interrogés par TNS Sofres  (en juin 2012) affirment avoir déjà posté plus de 100 photos en ligne. Un chiffre parmi d'autres, bien sûr, mais qui illustre assez bien notre époque : celle de la prééminence de l'image . La photographie avait déjà une place de choix dans les années 1980 ou 1990, c'est certain, mais elle est devenue une pièce maîtresse de la conversation .  L'image, élément de langage Comme le souligne très justement André Gunthert dans cet article  (que je vous recommande) : “ pour la première fois de son histoire, la photographie traditionnelle est devenue une pratique de niche au sein d'un univers plus vaste, structuré par les mobiles et les réseaux sociaux : l'image communicante ”. Et de rappeler qu'en France, en 2011, il se vendait 4,6 millions d'appareils photographiques (deux fois plus qu'à la fin des années 1990) contre 12 millions de smartphones. Le mobile et les réseaux sociaux sont de fait les

Remplacer “Week-End” par un mot français

T ous les lundis, on trouve des gens pour se plaindre . Et tous les vendredis, des gens pour se réjouir. C'est devenu habituel, commun, systématique. Des sites ont même été créés dans cet esprit.  http://estcequecestbientotleweekend.fr par exemple. Bien entendu, il y a des exceptions . Il y a des gens qui ne travaillent pas, ou des gens qui travaillent à temps partiel, voire des gens qui travaillent uniquement le week-end. Cela étant, on retrouve quand même ce rythme, éternel.  Ce qui est assez fou, quand on y pense, c'est que depuis le temps, personne n'a été capable en France de trouver un nom pour désigner le week-end . On utilise ce terme 150 fois par an, dans nos conversations, sans chercher à le remplacer par une expression made in France .  Bientôt le SamDim “Fin de semaine”, la traduction littérale de “week-end” désigne finalement le jeudi et le vendredi, dans le langage courant. Il faut donc trouver autre chose :  Je propose Samdim

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,