Du Départ de s'Amie

Elle s'en va de moi la mieux aimée,
Elle s'en va (certes) et si demeure
Dedans mon cœur tellement imprimée,
Qu'elle y sera jusques à ce qu'il meure.

Voise où vouldra, d'elle mon cœur s'assure : 
Et s'assurant n'est mélancolieux :
Mais l'œil veut mal à l'espace des lieux, 
De rendre ainsi sa liesse lointaine :

Or Adieu donc le plaisir de mes yeux,
Et de mon cœur l'assurance certaine.

Clément Marot 

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

La foule familière de passants inconnus

Du nœud au dénouement