Tant je l'aimais qu'en elle encor je vis

Tant je l'aimais qu'en elle encor je vis
Et tant la vis, que malgré moi, je l'aime
Le sens, et l'âme y furent tant ravis,
Que par l'œil fault, que le cœur la désaime.

Est-il possible en ce degré suprême
Que fermeté son oultrepas révoque ?

Tant fut la flamme en nous deux réciproque
Que mon feu luit, quand le sien clair m'appert,
Mourant le sien, le mien tôt me suffoque,
Et ainsi elle, en se perdant, me perd.

Maurice Scève

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

Les vagues

À dire vrai