L'aube aiguise nos rasoirs


L'aube aiguise nos rasoirs
Nous débitons alors
Le monde en tranches fines
Et nous nous étonnons
Lorsque descend le soir
Du mal qui s'enracine
Par notre seul vouloir

Plutôt que de rêver
Nous cherchons à comprendre 
Et à la fin du jour
Plutôt que d'aimer
Il nous plaît d'apprendre
Des poèmes d'amour

Jacques Herman


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

Les vagues

À dire vrai