Accéder au contenu principal

Demain, dès l'aube.

Il est parfois difficile d'être à l'aube de la vie active. Les possibles sont encore nombreux. Chaque choix annihile immédiatement, et la plupart du temps irrémédiablement, toutes les autres options. Tant de choses sont encore en devenir. Bien entendu, j'imagine qu'on se pose encore des questions après vingt ans de carrière, sur le sens de son métier, de sa vie professionnelle. Voire de sa vie tout court, d'ailleurs. 
Mais lorsque l'on se situe à la fin de la tranche d'âge 18-24 ans, période charnière selon les sociologues, c'est-à-dire lorsque la jeunesse se dilue peu à peu dans ce qui lui succède, un vertige naît du sentiment que c'est ici et maintenant que tout se joue. 
Encore une fois, je crois qu'il arrive à tout le monde - quelque soit sa condition, sa profession, son statut, sa situation familiale - de désirer, certains soirs, tout recommencer. Repartir de zéro, comme on dit. Bien entendu, très peu de personnes franchissent le pas. Car au fond, d'autres motifs les poussent à conserver ce qu'ils ont acquis. Et ce désir ne vient finalement que prolonger un sentiment d'insatisfaction, propre à chacun. Sentiment fondamental, d'ailleurs, puisqu'il nourrit la volonté de changement. 

Devenir quelqu'un. 

En écoutant le discours de Steve Jobs, tenu à Stanford, on comprend l'importance de suivre son instinct, de faire ce qui nous plaît vraiment, de faire confiance à ses intuitions : 

When I was 17, I read a quote that went something like : “if you live each day as if it was your last, someday you'll most certainly be right”. It made an impression on me, and since then, for the past 33 years, I have looked in the mirror every morning and asked myself : “if today were the last dat of my life, would I want to do what I am about to do today ?” And whenever the answer has been “no” for too many days in a row, I know I need to change something”. 

Forcément, ça fait réfléchir. Surtout venant de quelqu'un ayant transformé profondément et durablement le monde. Et Nietzsche aussi, avec sa formule : “Fais ce que tu sais faire, deviens ce que tu es”. Cela pourrait être rassurant en un sens. Mais qui suis-je ? Sinon quelqu'un. 

Droit dans le mur. 

Ce qu'il faut, c'est ne pas aller droit dans le mur. Se reposer souvent la question. Celle du sens de sa vie.
Et puis désacraliser celle des autres aussi. Car on oublie trop souvent que chacun doute, hésite, regrette, désire, espère. Je lis en ce moment l'ouvrage d'Hugues Le Bret, qui était le directeur de la communication de la Société Générale, au moment de l'Affaire Kerviel. J'imagine ce que cela a dû représenter pour lui. Être au sommet de sa carrière, et découvrir soudain qu'une crise sans précédent risque de bouleverser tout ce qui semblait si solide, quelques jours auparavant. 
Affronter l'imprévisible. 

Une chance. 

Ce qu'il faut, c'est surtout garder confiance. Si tout est encore possible, alors tout va bien. Tant que je suis en devenir, il n'y a rien à craindre, rien à regretter. C'est une chance, finalement, d'être à l'aube de la vie active. Une chance inouïe.


Commentaires

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustrationHeart Machine
Cela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature, de poésie. J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent. 
De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés. 
Je vais continuer. Continuer d'écrire, ici, parce que c&…

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

Désormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message. Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable.
L'autre a lu mon message
Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée, ou plus “active” (…

Je Me Force Un Peu Parfois

Je me force un peu, parfois.  Je me dis que ça fait longtemps, que j'ai reçu de nombreux encouragements depuis que j'ai commencé à écrire, ici, et que cela devrait suffire à m'inciter à poursuivre, régulièrement. Je suis heureux d'avoir plusieurs fois trouvé les mots pour parler de certains sentiments, de certaines impressions, qui avaient de la valeur à mes yeux. Heureux d'avoir réussi à transmettre - des idées, des envies, des émotions peut-être ? - ce qui autrement serait resté au fin fond de ma conscience. 
Se forcer à écrire, pour soi, d'abord, et pour les éventuels lecteurs nocturnes qui souhaitent lire autre chose que des analyses politiques post-conférence de presse / post-grand débat national / post-gilets jaunes. Ou bien des dissertations sur la reconstruction de Notre-Dame, à l'identique ou surtout pas. Cet éternel retour, des pour, des contre, et de tous les autres, qui argumentent ou qui s'indignent.
Je me force un peu, parfois. Parce que ç…