Accéder au contenu principal

Juste pour voir

C'est étrange comme nous pouvons perdre de vue ce que nous sommes. Il est simple de passer complètement à côté de ce qui compte, véritablement. On peut vivre, jour après jour, nuit après nuit, sans se soucier, à aucun moment, de ce qui devrait nous importer. Sans dire à nos proches qu'on les aime, sans comprendre qu'ouvrir les yeux, au petit matin, pour vivre une nouvelle journée, est déjà miraculeux ; sans chercher à améliorer le monde, ni à faire plaisir aux autres, ni à rêver, ni à espérer un avenir meilleur. Sans considérer, un moment, notre mort future, et ce que ça implique, en attendant. Sans nous efforcer de voir la vie à l'aune de cette réalité-là.

Oui, je trouve cela vraiment étrange.
Nous pouvons maugréer, trainer notre mécontentement avec nous, insulter un inconnu parce qu'il nous refuse une priorité. Nous pouvons nous disputer, pour de mauvaises raisons. Nous pouvons pester contre la pluie, la bruine et le vent. Nous pouvons regarder les informations, et, comme d'habitude, ne plus songer à ce que signifie la mort d'un étranger, à l'autre bout du monde. Feindre d'en être attristé, éventuellement. L'oublier trois secondes plus tard. Nous pouvons nous occuper de nos petits problèmes superficiels, et nous laisser dominer par eux, jusqu'à nous empêcher de dormir. Nous pouvons nous limiter à notre travail, comme s'il était le seul moyen, pour nous, de nous réaliser.

Nous pouvons désirer ardemment un bonheur illusoire, construit par la publicité, sans plus savoir d'où nous viennent ces envies, ni comprendre qu'à peine assouvi, ce désir en appellera un autre.

C'est très étrange, tout ça.
Et si on se rendait compte, juste un instant, pour changer, que nous sommes des êtres humains, et que nous vivons, bel et bien ? Tout simplement. Juste ça. 

Juste pour voir ce qui se passerait.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'image parle d'elle-même

35 % des Français interrogés par TNS Sofres  (en juin 2012) affirment avoir déjà posté plus de 100 photos en ligne. Un chiffre parmi d'autres, bien sûr, mais qui illustre assez bien notre époque : celle de la prééminence de l'image . La photographie avait déjà une place de choix dans les années 1980 ou 1990, c'est certain, mais elle est devenue une pièce maîtresse de la conversation .  L'image, élément de langage Comme le souligne très justement André Gunthert dans cet article  (que je vous recommande) : “ pour la première fois de son histoire, la photographie traditionnelle est devenue une pratique de niche au sein d'un univers plus vaste, structuré par les mobiles et les réseaux sociaux : l'image communicante ”. Et de rappeler qu'en France, en 2011, il se vendait 4,6 millions d'appareils photographiques (deux fois plus qu'à la fin des années 1990) contre 12 millions de smartphones. Le mobile et les réseaux sociaux sont de fait les

Remplacer “Week-End” par un mot français

T ous les lundis, on trouve des gens pour se plaindre . Et tous les vendredis, des gens pour se réjouir. C'est devenu habituel, commun, systématique. Des sites ont même été créés dans cet esprit.  http://estcequecestbientotleweekend.fr par exemple. Bien entendu, il y a des exceptions . Il y a des gens qui ne travaillent pas, ou des gens qui travaillent à temps partiel, voire des gens qui travaillent uniquement le week-end. Cela étant, on retrouve quand même ce rythme, éternel.  Ce qui est assez fou, quand on y pense, c'est que depuis le temps, personne n'a été capable en France de trouver un nom pour désigner le week-end . On utilise ce terme 150 fois par an, dans nos conversations, sans chercher à le remplacer par une expression made in France .  Bientôt le SamDim “Fin de semaine”, la traduction littérale de “week-end” désigne finalement le jeudi et le vendredi, dans le langage courant. Il faut donc trouver autre chose :  Je propose Samdim

Chacun sa chimère

“ S ous un grand ciel gris, dans une grande plaine poudreuse, sans chemins, sans gazon, sans un chardon, sans une ortie, je rencontrai plusieurs hommes qui marchaient courbés. Chacun d'eux portait sur son dos une énorme Chimère , aussi lourde qu'un sac de farine ou de charbon, ou le fourniment d'un fantassin romain. Mais la monstrueuse bête n'était pas un poids inerte; au contraire, elle enveloppait et opprimait l'homme de ses muscles élastiques et puissants; elle s'agrafait avec ses deux vastes griffes à la poitrine de sa monture; et sa tête fabuleuse surmontait le front de l'homme, comme un de ces casques horribles par lesquels les anciens guerriers espéraient ajouter à la terreur de l'ennemi. Je questionnai l'un de ces hommes, et je lui demandai où ils allaient ainsi. Il me répondit qu'il n'en savait rien, ni lui, ni les autres; mais qu'évidemment ils allaient quelque part, puisqu'ils étaient poussés par un invincible besoin d