Accéder au contenu principal

Le sentiment d'exister

Rares sont les personnes qui ont un destin hors du commun. C'est probablement l'un des principaux arguments du film Boyhood - au demeurant assez longuet - qui met en scène plusieurs personnages, filmés pendant douze ans. Ceux ci grandissent, ou vieillissent, sans que ne se dégage véritablement de sens à leur existence. Ils franchissent simplement le mur des ans, "sans miracles plein les oreilles", sans événements extraordinaires. La vie passe. C'est tout.

Ce que ce film ne montre pas, je trouve, c'est l'intensité de certains moments de vie. J'ai vécu, moi, je le sais, de nombreuses fois, ce sentiment profond d'exister. Celui-ci est né d'une impression, un soir d'automne, lorsque la pluie venait tomber sur les phares des voitures. Il est apparu lorsqu'une fille que j'aimais m'a regardé différemment pour la première fois. Il m'a envahi lors de certains effleurements : ces premiers contacts amoureux, si puissants. Il s'est propagé lorsque certaines lèvres se sont posées sur les miennes. Mais c'est aussi un doux sentiment qui vient sans raison véritable, au moment de m'endormir, ou de m'éveiller. 


"Lorsque je me réveille et que je suis en vie. C'est tout ce qui m'importe, bien plus que le bonheur", pour reprendre les mots de Renaud. Je suis sûr que ce sentiment surgira aussi lorsque mon futur enfant me tiendra par la main. Lorsque ce sera son premier jour à l'école, sa première rentrée des classes. Quand je sentirai son émotion, quand je me souviendrai de la mienne, à son âge.

Le sentiment d'exister, c'est aussi celui de l'épreuve. Quand on affronte l'existence. Quand on perd quelqu'un qu'on aime, quand on tombe malade, quand on se retrouve seul, quand tout s'écroule. Tout le monde connaît ça. Tout le monde vit, à un moment ou à un autre, cette souffrance-là. Celle qui vous fait renaître une seconde fois.


L'homme se tient sur une brèche. J'ai déjà parlé de ce sujet, plusieurs fois. Nous sommes en équilibre, en permanence, et il faut avancer, prudemment, avec autant de confiance que possible. Le mieux, pour ce faire, et sans doute d'avoir à l'esprit les mots de Jaurès, dans son discours à la Jeunesse : "Le courage, c'est d'aimer la vie et de regarder la mort d'un regard tranquille ; c'est d'aller à l'idéal et de comprendre le réel ; c'est d'agir et de se donner aux grandes causes sans savoir quelle récompense réserve à notre effort l'univers profond, ni même s'il lui réserve une récompense".

Vouloir exister, en somme. N'être jamais fataliste, mais essayer d'aller de l'avant, toujours. Pour conclure, je terminerai par cette phrase, signée Jean Baudrillard : "Nous ne voulons plus d'un destin. Nous voulons une histoire".

Crédit photos : ©hifructose.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'image parle d'elle-même

35 % des Français interrogés par TNS Sofres  (en juin 2012) affirment avoir déjà posté plus de 100 photos en ligne. Un chiffre parmi d'autres, bien sûr, mais qui illustre assez bien notre époque : celle de la prééminence de l'image . La photographie avait déjà une place de choix dans les années 1980 ou 1990, c'est certain, mais elle est devenue une pièce maîtresse de la conversation .  L'image, élément de langage Comme le souligne très justement André Gunthert dans cet article  (que je vous recommande) : “ pour la première fois de son histoire, la photographie traditionnelle est devenue une pratique de niche au sein d'un univers plus vaste, structuré par les mobiles et les réseaux sociaux : l'image communicante ”. Et de rappeler qu'en France, en 2011, il se vendait 4,6 millions d'appareils photographiques (deux fois plus qu'à la fin des années 1990) contre 12 millions de smartphones. Le mobile et les réseaux sociaux sont de fait les

Remplacer “Week-End” par un mot français

T ous les lundis, on trouve des gens pour se plaindre . Et tous les vendredis, des gens pour se réjouir. C'est devenu habituel, commun, systématique. Des sites ont même été créés dans cet esprit.  http://estcequecestbientotleweekend.fr par exemple. Bien entendu, il y a des exceptions . Il y a des gens qui ne travaillent pas, ou des gens qui travaillent à temps partiel, voire des gens qui travaillent uniquement le week-end. Cela étant, on retrouve quand même ce rythme, éternel.  Ce qui est assez fou, quand on y pense, c'est que depuis le temps, personne n'a été capable en France de trouver un nom pour désigner le week-end . On utilise ce terme 150 fois par an, dans nos conversations, sans chercher à le remplacer par une expression made in France .  Bientôt le SamDim “Fin de semaine”, la traduction littérale de “week-end” désigne finalement le jeudi et le vendredi, dans le langage courant. Il faut donc trouver autre chose :  Je propose Samdim

Chat GPT, ou le rêve de Steve Jobs réalisé

D ans une conférence donnée en 1985 au château de Svaneholm, en Suède, Steve Jobs - alors âgé de 30 ans - a partagé l'un de ses rêves à un parterre d'éducateurs conquis. Dans le nouveau monde qui commençait tout juste à se dessiner à l'époque, l'informatique allait changer en profondeur notre rapport à l'apprentissage, notre rapport aux connaissances. Ce rêve pouvait - au cours de notre existence - se réaliser.  Steve Jobs interrogea son auditoire : "Savez-vous qui était le professeur d'Alexandre le Grand pendant environ 14 ans ?" Il marqua une pause, puis apporta la réponse, en souriant : "Aristote". Steve Jobs partagea la jalousie qu'il éprouvait alors à cette idée. La chance pour Alexandre le Grand d'avoir pu profiter de la sagesse de son maître, pendant une si longue période. Bien sûr, la pensée d'Aristote est aujourd'hui accessible à tous dans des livres. "Je peux lire ces livres", ajouta Steve Jobs, "mais