Accéder au contenu principal

Penser à ceux qui souffrent, en buvant du champagne

Au moment des fêtes de fin d'année, il faut, paraît-il, avoir une pensée pour ceux qui souffrent, qui sont seuls, qui sont malheureux. Tous ceux “qui sont loin de chez eux, qu'on oublie peu à peu, et qui ont dans leurs yeux quelque chose qui fait mal, qui fait mal, qui fait mal”. Entre le foie gras et la dinde aux marrons, arrêtons-nous une seconde pour digérer en songeant à ces milliers de désespérés qui n'ont pas la même chance. Il n'est pas interdit de s'empiffrer, mais il faut le faire avec humilité et compassion pour ceux qui meurent de faim au même instant.

“T'entends pas ce bruit ? C'est le monde qui tremble, sous le cri des enfants qui sont malheureux” Renaud. 

Le message de n'importe quel représentant politique sera le même : des souhaits de bonheur pour le plus grand nombre, et une pensée particulière pour les autres. S'il ne procède pas de cette façon, on le lui reprochera. C'est convenu, mais apparemment nécessaire. Autrement, les braves gens s'offusqueraient.


J'ai la chance d'être heureux, en cette fin d'année 2013. Mais je m'interroge : si j'étais au comble du désespoir, est-ce que les pensées des autres - surtout ces pensées publiques, impersonnelles, aux pronoms indéfinis - me feraient vraiment du bien ?

Je ne crois pas. Je pense que cela me dépasserait complètement
Pour autant, et puisque c'est l'injonction générale, je tente d'imaginer le malheur ; pour mesurer la chance qui est la mienne de lui échapper pour l'instant, pour comprendre aussi que certaines choses sont réellement éphémères, fragiles, et par conséquent précieuses. Que rien n'est jamais acquis

Le malheur, certains auteurs en parlent très bien.

"On n'avait rien à faire, rien à entendre, rien à voir, autour de soi reignait le néant vertigineux, un vide sans dimensions dans l'espace et dans le temps". Stefan Zweig

C'est sur ce point que je voudrais terminer ce billet de blog. Souvent, quand tout va bien, les hommes manquent cruellement d'imagination pour se figurer la tristesse. Ou alors, c'est qu'ils ne se posent pas vraiment la question. Ils feignent la compassion, simplement.


Le malheur, ce n'est pas seulement la misère, la faim dans le monde, les guerres ou la maladie. Même si c'est bien sûr aussi cela. Le malheur a des formes variées, nombreuses, et nous touche directement. Il ne manque pas d'imagination, lui. Ce n'est pas un sujet de Journal télévisé. C'est beaucoup plus concret que ça. 

Raison de plus pour mesurer à quel point on a de la chance d'être heureux, quand tout va pour le mieux. Je vous souhaite à toutes et à tous une très bonne fin d'année 2013, et j'ai une pensée singulière pour ceux qui sont profondément désespérés au moment de lire ces lignes.
Vous allez voir, l'année prochaine, tout ira mieux.
Avec un peu de chance.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq