Accéder au contenu principal

En vivant, en écrivant.

Parfois, quand on tient un blog, on ne tient pas particulièrement à écrire. On aimerait que les billets se créent d'eux-mêmes, comme par hasard, ou par miracle. On aimerait les découvrir d'un coup, d'un seul, déjà structurés, avec une idée brillante à la clé, et des mots qui s'enchaînent bien.
Impossible, pourtant. À moins de faire appel à des contributions extérieures, ou de devenir un simple curateur, ce qui ne me séduit que moyennement, si on ne fait rien, ça ne va pas se faire tout seul.

L'été enchanté

En été, singulièrement, quand on voyage, quand on profite de ce repos soudain, de ce soleil oublié, quand on goûte chaque instant avec une joie nouvelle, quand on marche dans les rues de ce Paris déserté, de ce Paris enchanté, de ce Paris libéré… des Parisiens ; quand, heureux, on avance, les cheveux dans le vent, les lunettes de soleil sur les yeux, pour retrouver son meilleur ami à la terrasse d'un café ; la tâche laborieuse du blog qui est là, attendant plus ou moins patiemment d'être alimenté, paraît bien lointaine. Comme un lion en cage, affamé, il vous scrute pourtant à travers sa grille. Pour lui, le moindre petit bonheur, le moindre petit détail de vie, mérite d'être raconté.


Se confronter à cet écran de malheur, qui symbolise à lui-seul le travail, alors qu'il fait si beau dehors ?  

Il faut être fou

Oui, car il faut laisser une trace, car chaque instant mérite quelques mots : en vivant, en écrivant. Ne plus le faire, trouver cela inutile, c'est décider d'arrêter. Et comme dirait Edmond Rostand, que je vénère : “c'est bien plus beau lorsque c'est inutile”. Quelle que soit la tâche, en amour, au travail, dans quelque rapport humain que ce soit, cette formule est exacte : c'est bien plus beau lorsque c'est inutile.

Je vis, et je m'en rends bien compte ces derniers jours.
Je lis beaucoup, de nouveau. Je fais du sport. Je bronze. Je me désaltère. J'écoute de la musique. Je vois des gens que j'aime. Je me sens léger. Quatre mots me reviennent en permanence : la vie est belle

Je prends conscience que je n'ai besoin de rien, si ce n'est de quelques jours de liberté, de beau temps, d'amour et d'amitié. 

Tous les autres désirs sont bien évidemment superflus. 


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi