Accéder au contenu principal

un peu d'histoire (2)

Les agences de presse naissent aux États-Unis et en Europe. Charles Havas crée en 1832 son agence. Il bénéficie de la protection du pouvoir et construit un réseau de correspondants, Français et étrangers, dont Julius Reuter, qui fondera l'agence Reuters à Londres en 1850.
En 1852 est créée la branche publicité d'Havas, la Société générale d'annonces. Ainsi, l'agence Havas va étendre son activité d'agence de presse à celui de vendeur d'espaces publicitaires (régies) puis d'agence conseil en communication.

Charles-Louis Havas, qui avait l'air vraiment cool, comme vous pouvez le remarquer. 
Le XIXe siècle est l'âge d'or de la presse. Progrès technique, démocratisation des institutions politiques, généralisation de l'instruction publique, abaissement du prix de vente. Émile de Girardin développe la publicité. Le 29 juillet 1881, une loi assure la liberté de la presse. Bref, tout va pour le mieux. Les feuilletons connaissent un nouvel essor. La presse populaire se porte à merveille, avec Le Petit Journal de Moïse Milaud (et non de Yann Barthès, qui est beaucoup moins antidreyfusard). Le Petit parisien, Le MatinLe Figaro, l'Aurore, Le Temps, l'Humanité, etc. 
La Presse Magazine se développe surtout au XXe siècle. Pendant les années folles d'abord, avec la généralisation de la photographie, des reportages. Puis dans l'immédiat après-guerre, dès 1945, avec la création de ELLE par Hélène Gordon-Lazareff. L'équivalent masculin : L'équipe voit le jour l'année suivante. Paris Match est créé en 1949, l'Express en 1953.
Les années 1990 sont marquées par le développement de nouveaux concepts (presse people, city magazines) et surtout par une approche marketing et non plus seulement éditoriale du produit presse. Groupe Bertelsmann surtout (Géo, Capital, Voici, Gala, Prima, Femme Actuelle, Télé Loisirs…).
Et dans les années 2000, c'est la presse gratuite qui se développe ainsi que la numérisation des médias traditionnels.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc