Accéder au contenu principal

Internet est devenu trop mainstream

Internet, à l'origine, c'était le lieu par excellence de la diversité : diversité des utilisateurs, des sources, des contenus. Le monde entier pouvait y trouver ce que le monde entier y partageait. C'était une chance inouïe, une révolution sans précédent : je pouvais me connecter à cet(te) inconnu(e), vivant à des milliers de kilomètres. Toutes les créations, toutes les cultures, tous les arts, étaient soudain accessibles, car en ligne

À boire et à manger

Il y avait de tout, et c'était tant mieux. Bien entendu, c'est toujours en partie le cas. Je suis libre de faire des recherches spécifiques, autant qu'un universitaire peut se rendre à la librairie pour trouver des sources originales. Mais les routes de campagne que représentait le réseau Internet au début sont devenues des autoroutes de l'information, balisées, contrôlées. 

Il devient difficile de sortir des sentiers battus. Google, Facebook, et la plupart des géants du web nous mâchent désormais le travail, pour nous servir la même bouillie collective. Je vois passer les mêmes liens dix, vingt, trente fois par jour. "Un homme se prend en photographie tous les jours pendant douze ans", mon dieu, comme c'est intéressant. Les mêmes vidéos recueillent des millions de vues - ce qui n'a désormais rien de surprenant.


Sur le site www.youtube.com/trendsmap je peux voir quels contenus vidéos sont les plus "vus" à cet instant sur Youtube. Une carte des États-Unis présentant - État par État - ce qui suscite l'attention des internautes américains. 

Des Trending Topics aux contenus de masse

Le résultat est effrayant : tout le monde regarde la même chose, sur la Toile. La dernière fois que je m'étais connecté, c'était la vidéo du faux bébé qui effrayait les passants dans les rues de NYC ("devil baby"), en caméra caché. Cette fois, c'est Arnold Schwarzenegger qui est déguisé dans une salle de sport. 


Le pire de la télé, en somme. Du "vidéo gag" 2.0. Alors que nous sommes "libres" de chercher ce que nous voulons sur Internet, voilà que nous redevenons les moutons des temps passés, pour consommer la même soupe froide que nous sert Google et, à travers lui, tous les annonceurs.

Algorithm and Blues

J'ai déjà écrit sur l'importance de choisir la route inexplorée, et sur les dangers de la recommandation publicitaire. Mais la tendance semble s'intensifier, ces dernières années. Les médias sociaux - qui ont  dans un premier temps apporté un nouveau souffle, une nouvelle fraîcheur, et une façon de redécouvrir l'information (lire : pourquoi je préfère Twitter à Facebook) - commencent à suivre la même évolution, avec la propagation des contenus sponsorisés.

Facebook incite de plus en plus les marques à utiliser ses modules payants, pour "forcer" la visibilité des contenus qu'elles proposent (lire : "la baisse du reach Facebook en chiffres" sur le blog du modérateur) et adapte désormais les "Trending Topics" à sa propre sauce, ce qui n'est pas une bonne nouvelle.

Internet devient trop mainstream. Mais bien entendu, à part écrire un billet de blog, je ne peux rien y faire. Ah si, je peux aussi vous inviter à regarder cette vidéo, et vous inciter à rester vigilants. Car Internet, c'est aussi, après tout, ce que nous en faisons.




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustrationHeart Machine
Cela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature, de poésie. J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent. 
De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés. 
Je vais continuer. Continuer d'écrire, ici, parce que c&…

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

Désormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message. Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable.
L'autre a lu mon message
Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée, ou plus “active” (…

Je Me Force Un Peu Parfois

Je me force un peu, parfois.  Je me dis que ça fait longtemps, que j'ai reçu de nombreux encouragements depuis que j'ai commencé à écrire, ici, et que cela devrait suffire à m'inciter à poursuivre, régulièrement. Je suis heureux d'avoir plusieurs fois trouvé les mots pour parler de certains sentiments, de certaines impressions, qui avaient de la valeur à mes yeux. Heureux d'avoir réussi à transmettre - des idées, des envies, des émotions peut-être ? - ce qui autrement serait resté au fin fond de ma conscience. 
Se forcer à écrire, pour soi, d'abord, et pour les éventuels lecteurs nocturnes qui souhaitent lire autre chose que des analyses politiques post-conférence de presse / post-grand débat national / post-gilets jaunes. Ou bien des dissertations sur la reconstruction de Notre-Dame, à l'identique ou surtout pas. Cet éternel retour, des pour, des contre, et de tous les autres, qui argumentent ou qui s'indignent.
Je me force un peu, parfois. Parce que ç…