Accéder au contenu principal

Médias sociaux : nous sommes tous nombrilistes

On reproche aisément aux blogueurs - et à la plupart des internautes, d’ailleurs - d’être narcissiques. Nous sommes tous nombrilistes, d’une certaine façon. C’est le cas, a fortiori, quand nous prenons le temps de soigner notre profil Facebook. 
Que celui qui n’a jamais été un peu inquiet, en recevant une notification sur son téléphone lui indiquant qu’il avait été taggué sur une photo mise en ligne, me jette la première pierre.

C’est devenu un phénomène généralisé : le nombrilisme naturel des Hommes se trouve renforcé ces dernières années par les médias sociaux. Voici que nous montrons tous notre nombril aux yeux du monde. Sur Facebook, Twitter, LinkedIn, Google, sur Pinterest ou sur Instagram, nous exhibons certains aspects de notre image et de notre personnalité. 

Veuillez décliner Nom, Prénom et nombril

Certains sont devenus experts en personal branding : leur nom est devenu une marque. Leur nombril est devenu une marque de fabrique. Leurs amis facebookiens sont autant de contacts, de relais potentiels. Leur blog est une véritable vitrine. Ils se constituent tout un réseau, au fil des ans, qu'ils conservent précieusement dans leur besace.


C’est quelque chose qui m’a très vite marqué, quand j’ai commencé à découvrir le microcosme du Web français. Tous ces échanges, toutes ces rencontres, tout ce travail de mise en relation. Tous ces phénomènes de Cour, qui donnent une nouvelle fois raison aux romanciers des siècles précédents sur certains aspects de la nature humaine.

D'autant que sur les réseaux sociaux, il y a un certain nombre de cas sociaux. Et il ne faut pas attendre très longtemps pour en dénicher un.


Nombrilisme ambiant 

Mais sans être cynique, il faut bien reconnaître que nous sommes tous un peu nombrilistes. Ouvrir un blog, c’est - qu’on le veuille ou non - une façon de donner à voir son nombril. Et le fait de se cacher derrière son petit doigt, en choisissant l’anonymat par exemple, ne change rien à l’affaire. Au bout du compte, cela revient au même : on offre au regard des autres un peu de soi-même.

À ce propos, j'aimerais bien lire le blog de la femme d’un flic, moi.

Offrir au regard des autres un peu de soi-même. C’est  un sujet que j’ai plusieurs fois abordé sur ce blog, mais qu’illustre plutôt bien cette image du nombril : sur Internet, sur Facebook, sur Twitter, on ne se livre pas totalement. On ne raconte pas sa vie. 
Montrer son nombril, ce n’est pas livrer tout son corps.

Le nombril : symbole de l'extimité

L’éternel sujet de la vie privée menacée par Internet est vite remis en cause par la capacité des internautes à choisir - plus ou moins consciemment - ce qu’ils veulent donner à voir, justement.

L’extime, pour reprendre le terme consacré par les sociologues, est précisément cette partie que l’on décide de montrer, mais qui n’enlève en rien la possibilité de préserver une part importante d’intimité.

Sur Internet, l’évolution est semblable à celle des maillots de bain sur les plages. Autrefois, c’était choquant pour une femme de montrer ses jambes, ou son dos. Et je ne vous parle pas de son nombril ! Désormais, c’est tout à fait banal, et certaines se permettent même un petit topless de temps en temps, ce qui était totalement inimaginable autrefois.


Pour les blogueurs, ou les internautes en général, c’est précisément la même chose : certaines pratiques, certains usages, peuvent être troublants de prime abord. Mais les internautes d’aujourd’hui ne manquent pas pour autant de pudeur, et la manière dont ils se présentent sur les plateformes communautaires mérite au moins autant de recul, et de réflexion.

Mystérieuse cicatrice

Ce que j'aime en particulier dans cette image du nombril, c'est sa part de mystère. Le nombril, on l'oublie trop souvent, est une cicatrice. La trace originelle. 

Et personne n'a le même nombril ! Certains ont un nombril emmitouflé, d'autres l'ont plus exubérant.
Le nombril recèle de nombreux secrets, qui sont autant de pierres précieuses.


De la même façon, sur certains blogs, nous voyons parfois apparaître ces pierres précieuses,  invisibles auparavant. L'exhibition autorisée a du bon.
Le nombrilisme généralisé a l'avantage de faire découvrir quelques perles.


À présent, je vous laisse, je vais aller en chercher quelques unes sur la Toile…



Commentaires

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustrationHeart Machine
Cela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature, de poésie. J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent. 
De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés. 
Je vais continuer. Continuer d'écrire, ici, parce que c&…

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

Désormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message. Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable.
L'autre a lu mon message
Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée, ou plus “active” (…

Je Me Force Un Peu Parfois

Je me force un peu, parfois.  Je me dis que ça fait longtemps, que j'ai reçu de nombreux encouragements depuis que j'ai commencé à écrire, ici, et que cela devrait suffire à m'inciter à poursuivre, régulièrement. Je suis heureux d'avoir plusieurs fois trouvé les mots pour parler de certains sentiments, de certaines impressions, qui avaient de la valeur à mes yeux. Heureux d'avoir réussi à transmettre - des idées, des envies, des émotions peut-être ? - ce qui autrement serait resté au fin fond de ma conscience. 
Se forcer à écrire, pour soi, d'abord, et pour les éventuels lecteurs nocturnes qui souhaitent lire autre chose que des analyses politiques post-conférence de presse / post-grand débat national / post-gilets jaunes. Ou bien des dissertations sur la reconstruction de Notre-Dame, à l'identique ou surtout pas. Cet éternel retour, des pour, des contre, et de tous les autres, qui argumentent ou qui s'indignent.
Je me force un peu, parfois. Parce que ç…