Accéder au contenu principal

Addicted

Cet article n'a ni queue ni tête.

Mais pas comme les plus beaux textes de Baudelaire, où, comme il le dit lui-même, “tout est à la fois tête et queue, alternativement et réciproquement”, ce qui permet au lecteur de couper où il le veut sa lecture, et à l'auteur sa rêverie. Non. Contrairement au Spleen de Paris, il n'est pas possible de jouer avec ces mots, griffonnés en ligne. Ici, ça n'a proprement ni queue ni tête. Vous êtes prévenus.

C'est une jolie métaphore, en tout cas, que celle de Baudelaire à propos de son œuvre : “enlevez une vertèbre, et les deux morceaux de cette tortueuse fantaisie se rejoindront sans peine. Hachez-la en nombreux fragments, et vous verrez que chacun peut exister à part”. Et d'ajouter :  “dans l'espérance que quelques-uns de ces tronçons seront assez vivants pour vous plaire et vous amuser, j'ose vous dédier le serpent tout entier”.

Une belle image. Une excellente accroche pour donner aux lecteurs l'envie de lire son spleen.

Aucun lien.

22 heures 22. Julie est prise par DoodleJump. Elle ne parvient pas à s'en décoller. Et à vrai dire, je la comprends. Moi-même je commence à saisir l'addiction que cette application basique, en deux dimensions, ne faisant appel à aucune technologie de géolocalisation ou de réalité augmentée, peut générer. Un principe simple : lorsque vous échouez, vous recommencez à zéro. Tout est à refaire. Il faut reprendre son courage à deux mains. 

Au tout début, c'est décourageant. Et puis on finit par y voir une forme de défi, et le tour est joué. On y passe deux heures, en s'énervant sans cesse un peu plus. Une phrase en tête : “dès que j'atteins de nouveau 30 000, j'arrête”. Mais l'on n'atteint pas 30 000. Et l'on finit par se résigner à arrêter

Aucun lien.

J'ai acheté Le Coran, pour élargir un peu ma culture générale. Je connais déjà bien peu de choses aux préceptes catholiques, mais j'ai envie de diversifier mes connaissances. Et approcher le fait religieux autrement qu'à l'accoutumée. Des textes qui sont parcourus par autant de personnes méritent que l'on s'y attarde un instant. Même si, attention, je ne veux pas dire par là que le succès d'un best seller auprès du grand public suffit toujours à me convaincre. La foule ne fait pas le chef d'œuvre. Mais bon, bref. Le Coran, même si ça se vend très bien j'imagine, c'est autre chose, de toute façon, qu'un simple best seller. 


Fils unique.

Demain matin, a priori, si tout se passe bien, nous retrouverons un accès Internet à la petite maison. Ça me donnera l'opportunité de perdre mon temps comme avant, sur la Toile. Car là, j'écris entre deux chaises, en captant un lointain réseau qui ne me permet pas de jouir pleinement de mes errances d'internaute. 

D'ailleurs, à ce propos, j'ai appris aujourd'hui que les Américains avaient regardé plus de 3 milliards de vidéos en ligne pendant le mois de Juillet. 14 heures par internaute en moyenne. 

Ça m'a rassuré. Forcément.

Je venais de voir une vidéo postée sur le wall d'un ami, sur Facebook. Une affreuse bête, que ce Facebook. Qui devient très attirante lorsque l'on a mille autres devoirs qui nous appellent. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustrationHeart Machine
Cela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature, de poésie. J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent. 
De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés. 
Je vais continuer. Continuer d'écrire, ici, parce que c&…

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

Désormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message. Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable.
L'autre a lu mon message
Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée, ou plus “active” (…

Ne pas cesser d'écrire

Ne pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent. 
J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi.
Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliquer la panne. Man…