Accéder au contenu principal

Du Bonheur, matin, midi et soir


Plusieurs fois, ces dernières années, je me suis senti réellement, profondément, heureux. Ces moments où l'on se met à sourire sans raison, comme ça, dans la rue. Ces soirs où l'on s'endort sereinement, sans se poser la moindre question, en quelques secondes. Vous avez envie de chanter et de danser, quand vous prenez le bus, de courir à perdre haleine, d'embrasser le premier (ou la première) venu(e), de vivre nu(e) à la campagne, de faire un festin de rois, de voyager en montgolfière.

Le problème, avec la vie

Le bonheur vous surprend, par son importance. Il vous emporte, littéralement. Vous comble de joie, d'allégresse. Plus rien ne peut à ce moment là vous arriver. Vous devenez en quelque sorte invincible, et c'est un sentiment des plus agréables.

Le problème, avec la vie, c'est que le contraire existe également. On peut se prendre de sacrées baffes, au détour d'une discussion, ou d'un diagnostic. On peut tomber malade, on peut s'engueuler, on peut perdre l'appétit, on peut apprendre une mauvaise nouvelle, on peut avoir un accident, on peut voir s'échapper sa bonne humeur, progressivement…


On peut désespérer, aussi. “La maladie mortelle” décrite par Kierkegaard, qui surgit un matin et vous bouffe de l'intérieur. “Le Temps mange la vie, et l'obscur Ennemi qui nous ronge le cœur, du sang que nous perdons croît et se fortifie” (ça, c'est Baudelaire).

Les règles de la maison

Je m'efforce, pour ma part, jour après jour, de faire du bonheur une habitude, une marque de fabrique. Je m'en fous s'il m'arrive des crasses. Bien sûr je vais douiller, moi aussi, comme tous les hommes, finalement. Moi aussi je vais vivre des moments particulièrement tristes, moi aussi je vais avoir envie de crier mon désespoir, de pleurer toutes les larmes de mon corps. Moi aussi, je vais me retrouver, certaines nuits froides, à chercher le sommeil en vain, le ventre noué. Moi aussi je vais avoir des chagrins d'amour, des enterrements, moi aussi je vais connaître des trahisons, des coups bas, des échecs [lire : et si l'échec était la condition du succès]. 

Qu'importe. En attendant, je vais continuer de suivre scrupuleusement les règles de la maison.





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'image parle d'elle-même

35 % des Français interrogés par TNS Sofres  (en juin 2012) affirment avoir déjà posté plus de 100 photos en ligne. Un chiffre parmi d'autres, bien sûr, mais qui illustre assez bien notre époque : celle de la prééminence de l'image . La photographie avait déjà une place de choix dans les années 1980 ou 1990, c'est certain, mais elle est devenue une pièce maîtresse de la conversation .  L'image, élément de langage Comme le souligne très justement André Gunthert dans cet article  (que je vous recommande) : “ pour la première fois de son histoire, la photographie traditionnelle est devenue une pratique de niche au sein d'un univers plus vaste, structuré par les mobiles et les réseaux sociaux : l'image communicante ”. Et de rappeler qu'en France, en 2011, il se vendait 4,6 millions d'appareils photographiques (deux fois plus qu'à la fin des années 1990) contre 12 millions de smartphones. Le mobile et les réseaux sociaux sont de fait les

Remplacer “Week-End” par un mot français

T ous les lundis, on trouve des gens pour se plaindre . Et tous les vendredis, des gens pour se réjouir. C'est devenu habituel, commun, systématique. Des sites ont même été créés dans cet esprit.  http://estcequecestbientotleweekend.fr par exemple. Bien entendu, il y a des exceptions . Il y a des gens qui ne travaillent pas, ou des gens qui travaillent à temps partiel, voire des gens qui travaillent uniquement le week-end. Cela étant, on retrouve quand même ce rythme, éternel.  Ce qui est assez fou, quand on y pense, c'est que depuis le temps, personne n'a été capable en France de trouver un nom pour désigner le week-end . On utilise ce terme 150 fois par an, dans nos conversations, sans chercher à le remplacer par une expression made in France .  Bientôt le SamDim “Fin de semaine”, la traduction littérale de “week-end” désigne finalement le jeudi et le vendredi, dans le langage courant. Il faut donc trouver autre chose :  Je propose Samdim

Chat GPT, ou le rêve de Steve Jobs réalisé

D ans une conférence donnée en 1985 au château de Svaneholm, en Suède, Steve Jobs - alors âgé de 30 ans - a partagé l'un de ses rêves à un parterre d'éducateurs conquis. Dans le nouveau monde qui commençait tout juste à se dessiner à l'époque, l'informatique allait changer en profondeur notre rapport à l'apprentissage, notre rapport aux connaissances. Ce rêve pouvait - au cours de notre existence - se réaliser.  Steve Jobs interrogea son auditoire : "Savez-vous qui était le professeur d'Alexandre le Grand pendant environ 14 ans ?" Il marqua une pause, puis apporta la réponse, en souriant : "Aristote". Steve Jobs partagea la jalousie qu'il éprouvait alors à cette idée. La chance pour Alexandre le Grand d'avoir pu profiter de la sagesse de son maître, pendant une si longue période. Bien sûr, la pensée d'Aristote est aujourd'hui accessible à tous dans des livres. "Je peux lire ces livres", ajouta Steve Jobs, "mais