Accéder au contenu principal

Facebook : réseau asocial

Beaucoup de choses ont été écrites sur Facebook, ces dernières années. Facebook ou l'avénement des réseaux sociaux, l'émergence de nouveaux modes de communication, la consécration du communautaire
Le titre du premier film dédié à Facebook était d'ailleurs tout trouvé : “The Social Network”. Le réseau social, par excellence. 
Le site aux 500 millions de membres se trouve dans toutes les présentations portant sur le sujet. Cela va de soi. Pour beaucoup, Facebook est aujourd'hui synonyme de réseau social. 
Un espace cloisonné 
Pourtant, pour quiconque s'est essayé suffisamment longtemps à Twitter, Facebook semble incroyablement cloisonné. Sans opposer plus longuement ces deux réseaux, dont les différences sont nombreuses, il est clair que Facebook apparaît comme un espace fermé, où chaque membre est recroquevillé sur lui-même. 
Sur cette plate-forme, passés les premiers temps, on ne cherche pas à découvrir de nouvelles personnes, partageant les mêmes goûts, les mêmes passions. On se contente a priori de son cercle nécessairement restreint d'amis. 
Bien entendu, chacun fait comme il veut, et il est tout à fait possible de multiplier les pokes envers des inconnu(e)s. Mais le site en lui-même n'est pas construit de cette façon. Il n'encourage pas la découverte de nouvelles connaissances. Il se fonde au contraire sur des relations existantes. On se connaît, avant de se reconnaître virtuellement, sur Facebook

Restons asociaux
Ce n'est pas évident en soi. S'il fallait concevoir un “réseau social”, sans avoir jamais entendu parler de Facebook, les chances sont grandes pour que l'on table sur une organisation, un système de mise en relation, différents.
L'un des problèmes, c'est que l'information ne circule pas très bien, sur ce réseau là. En considérant l'ensemble de la toile facebookienne, on verrait probablement un certain nombre de nœuds, séparés par d'étonnants espaces. Des cellules homophiles, sans lien véritable les unes avec les autres. 
Bien sûr, les créateurs de cette plate-forme font tout pour ouvrir au maximum l'espace qu'ils ont participé à concevoir. Ils s'efforcent de créer de nouveaux liens, de nouvelles passerelles. Les règles de confidentialité sont régulièrement mises à jour, des Pages d'Amitié sont mises en avant (le fameux : “see Friendship”), le “News Feed” permet un semblant de viralité.
Surtout, Facebook est bien plus qu'un site sur lequel on se connecte. C'est un graphe qui, pour le coup, est social. Un outil qui transforme Internet. Une araignée qui tisse sa propre toile

Mais ce n'est sans doute pas, intrinsèquement, le plus social des réseaux sociaux. 



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr