Accéder au contenu principal

Chute libre

C'est tellement simple de se laisser aller à la mélancolie, de plonger tranquillement dans le spleen d'un soir de printemps. Il suffit d'un peu de musique, d'une atmosphère, d'une pensée. Je pose la tête contre la vitre du bus, je regarde les gens passer, j'observe Paris dans le soleil couchant. Je pense aux personnes que je ne vois pas assez, à celles que je ne vois plus, ou à celles que j'aimerais connaître davantage.

Je me laisse envahir par tout ce qui peut m'amener à ressentir ce blues familier. Ce n'est pas un état de tristesse, à proprement parler. Ni une lassitude. Encore moins un désespoir.

C'est plutôt comme si je laissais couler des sentiments jusque là retenus, ou contenus. Parfois on regarde les choses telles qu'elles sont en se demandant pourquoi. Parfois on les regarde telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas. 

Comme si je faisais une chute infinie, incontrôlée. Mais surtout, une chute libre.


Tout se mêle, s'entremêle. Des impressions accumulées, des souvenirs, des envies, des espoirs. Il ne me reste qu'à suivre le fil de ces pensées libérées. Je les accompagne, je me demande où elles vont me mener. Le bus continue son trajet.

Rien ne me semble plus essentiel que cette mélancolie là. Mais il faut bien le dire, la plupart du temps, ces pensées ne mènent à rien. Ou plutôt, elles ne mènent nulle part. Et puisqu'il ne faut pas se perdre trop longtemps, on se retrouve contraint de reprendre le dessus. On recherche à nouveau l'équilibre salutaire. On reprend pied. Et puis, on éteint la musique.

Avec un peu de chance, et si l'on parvient à vite se divertir, on peut sortir rapidement de cet état mélancolique.

Jusqu'à la prochaine fois.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent