Accéder au contenu principal

SimpleGeo propose le développement d'application géolocalisée

Afin d'inciter les développeurs d'applications mobiles à créer des solutions géolocalisées, SimpleGeo a mis au point une solution qui permet de lancer un tel module en quelques minutes. Ou d'ajouter à une application préexistante la localisation. Le kit d'outils que la société met à la disposition des développeurs permet ainsi de créer sa propre application géolocalisée sans avoir à construire toute l'infrastructure nécessaire pour récolter des informations. Une place de marché, créée par SimpleGeo, permet également aux différents acteurs de vendre et d'acheter des données géolocalisées. "Développer sa propre infrastructure et rassembler des données localisées prend du temps et coûte de l'argent", explique à L'Atelier Joe Stump, co-fondateur de la société. "Sur la place de marché de SimpleGeo, les acteurs peuvent trouver rapidement les informations géolocalisées dont ils ont besoin pour créer leur application", poursuit le responsable.

Pour ce service, les développeurs payent un forfait mensuel

Ce, grâce à l'un des outils du kit, à savoir le moteur de recherche SimpleGeo, qui parcourt la base de données à la recherche des informations souhaitées. "Supposons que vous possédez une liste de tous les ATM en Europe, avec leur géolocalisation précise", explique-t-il. "Vous pourrez intégrer cette liste dans le système, et fixer un prix pour sa consultation". De cette façon, n'importe quel développeur intéressé par ces données pourra se les procurer. Il n'aura qu'à se connecter à la plate-forme pour effectuer sa requête. Et intégrer à sa propre application les informations géolocalisées dont il a besoin, en payant à son fournisseur un forfait mensuel. "La place de marché est l'équivalent d'un iTunes Store, mais pour des données géolocalisées", résume le co-fondateur de SimpleGeo.

Plusieurs solutions complémentaires

Pour mémoire, plusieurs sociétés commencent à affiner les contenus géolocalisés. Comme PlaceCast, qui a récemment ouvert aux développeurs son API Match. Cette dernière identifie avec précision le lieu physique auquel se réfèrent une adresse ou un nom déterminé. "Les deux solutions sont complémentaires", confie à L'Atelier Anne Bezançon, responsable de cette société. "Une entreprise qui achètera du contenu à travers SimpleGeo pourra ensuite utiliser Match pour dé-dupliquer les données des différents fournisseurs quand ils font référence à un même lieu d'une façon différente", explique-t-elle.

(article publié sur le site www.atelier.fr, le 8 avril 2010)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq