Les premiers utilisateurs des médias sociaux


Sur les nouveaux profils Twitter, la date de la création du compte est mise en avant. En un clin d'œil, il est ainsi possible de savoir quand précisément vous avez rejoint la plateforme de micro-blogging. Je fais partie de ceux qui étaient présents sur Twitter dès les premières années. Pas immédiatement - moi aussi, au tout début, j'ai eu un peu de mal à comprendre le potentiel de ce réseau, et ce qu'on pouvait y faire concrètement -, mais à une époque où il y avait encore cet esprit de découverte, justement.

Vers l'infini, et au-delà

Les premières années, les premières conversations, les premiers retweets. La plupart des personnes "de la vie réelle" ne s'y trouvaient pas encore. On y était tranquille, en quelque sorte. Si vous avez vécu cette période, vous comprenez nécessairement de quoi je parle. C'était le temps de la conquête de nouveaux territoires ; nous étions des pionniers, des chercheurs d'or digital, avec une nouvelle frontière, un nouvel horizon.


À cette époque, tout était nouveau, tout restait à faire, chacun découvrait avec les autres ces plateformes sociales. On était moins harcelé de notifications, de messages divers et variés, mais chaque retweet éveillait notre attention. La moindre mention avait quelque chose de réjouissant. Il n'y avait pas de tweets sponsorisés, par de hashtags officiels pour les émissions télévisées.

Les Pères Fondateurs

C'était aussi le Far West au niveau le plus trivial. Certains blogueurs flinguaient à tout-va. Les twittos étaient sans merci. On ne pardonnait pas les erreurs des marques sur ces espaces convoités (souvenez-vous de Gap, qui avait tenté de changer de logo ; ou des erreurs de community management de Nestlé, par exemple…).

Nous sommes encore et toujours au début de l'Histoire. Les Pères Fondateurs se nomment Zuckerberg, Dorsey, Williams ou Systrom (le fondateur d'Instagram). Les médias sociaux vont continuer de se développer dans les années à venir. Gardons cet esprit d'ouverture, de découverte, d'expérimentation. Préservons notre curiosité, notre recherche, notre envie. La nouvelle frontière est éternelle. Surtout quand elle est digitale.

Nous sommes, nous tous, et pour toujours, les premiers utilisateurs des médias sociaux.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

La foule familière de passants inconnus

Du nœud au dénouement