Accéder au contenu principal

Seuls les fous changent le monde

Et c'est une folie à nulle autre seconde, de vouloir se mêler de corriger le monde”. Cette phrase,  prononcée par Philinte dans Le Misanthrope, sonne assez juste finalement. 

Oui, c'est certain, il faut être fou pour  changer le monde, fou pour chercher à l'améliorer sans cesse, fou pour vouloir le réinventer. Fou pour ne pas se contenter de vivre simplement, et en somme confortablement. Fou pour espérer de nouveaux progrès, de nouvelles avancées, de nouveaux changements. Fou pour être optimiste quand la crise est partout, fou pour ne pas avoir peur de l'avenir, fou pour ne pas sombrer dans le désespoir, cette “maladie mortelle”. 

Grands fous

Mais combien de fous, déjà, ont existé ? Combien d'insensés sont parvenus - et dans des circonstances autrement plus complexes - à changer l'ordre des choses ? Il faut penser à cette foule d'hommes et de femmes, célèbres ou anonymes, qui ont partagé cette douce et saine folie.


Et se poser la question, ensuite : que reste-t-il à faire ? what's next ? que puis-je faire, moi, dès aujourd'hui, pour rejoindre ce long cortège de fous, pour emboiter le pas à ces changeurs de monde ?


Commentaires

  1. Je suis à 200% avec toi
    La question que tu poses est : que faisons-nous pour changer le monde chacun à notre échelle atomique ?
    Toi tu blog.
    Par contre quand on regarde ton parcours (Sciences Po puis BNP) on se demande comment concilier le changement du système avec ton appartenance à ces 2 corps que sont le service de l'état d'une part et la finance internationale d'autre part.
    Ce n'est pas une attaque ad hominem mais une interrogation que je m'adresse également car j'éprouve moi-même un indicible malaise quand je mesure l'écart entre mes idéaux et la vie qui me sourit plus qu'à d'autres, les choix que je fais dans mon unique intérêt (mes enfants / le quartier que j'habite depuis eux), etc.
    Pour changer le monde que devons-nous avant tout changer chez nous ?
    Comme dépasser cette schizophrénie (qui nous fait cracher dans la soupe) quand, pour vivre sous le soleil, nous devons nous prostituer à longueur de journées au profit d'un système critiquable, qui peut amener les individus que nous sommes à décider en tant qu'actionnaires de licencier au sein de leur propre entreprise, d'acheter moins cher (intérêt individuel) et provoquer des delocalisations générant du chômage, etc.
    J'ai toujours devant les yeux l'image de cette personne se jetant du haut des Twin Towers le 11 septembre pour ne pas mourir brûlée vive : les pieds déjà dans le trou, le luxe de choisir sa mort

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'oubliais pour conclure : sommes-nous assez fous pour ça ?

      Supprimer
  2. Merci pour ton commentaire.

    Mon parcours, heureusement, ne se résume pas à une grande école et un employeur. Néanmoins, je trouve ça un peu rapide de réduire cette école et cet employeur à deux vagues concepts.

    Sciences-po Lille, c'est d'abord un concours (dans un esprit républicain, donc), des profs qui connaissent leur sujet, des cours d'économie, de politique, de communication, de sociologie, des travaux, divers et variés, pour aiguiser son sens critique notamment ; je suis donc plutôt en accord avec moi-même à cet égard.

    BNP Paribas, ce n'est pas "la finance internationale" : c'est une banque qui a un rôle indiscutable dans l'économie, dans la société, qui accorde des crédits aux particuliers et aux entreprises, qui soutient le tennis, le cinéma, le jazz, et beaucoup d'autres projets ; c'est un groupe qui rassemble plusieurs métiers, et qui compte 200 000 collaborateurs. Par conséquent, là aussi, je vis plutôt bien le fait de travailler dans cette entreprise.

    Pour le reste, en effet, il faut se poser la question, encore et encore : comment apporter ma pierre, comment contribuer au progrès ? Et y apporter une réponse, de temps en temps, si possible.

    À bientôt,

    :)

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustrationHeart Machine
Cela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature, de poésie. J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent. 
De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés. 
Je vais continuer. Continuer d'écrire, ici, parce que c&…

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

Désormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message. Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable.
L'autre a lu mon message
Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée, ou plus “active” (…

Je Me Force Un Peu Parfois

Je me force un peu, parfois.  Je me dis que ça fait longtemps, que j'ai reçu de nombreux encouragements depuis que j'ai commencé à écrire, ici, et que cela devrait suffire à m'inciter à poursuivre, régulièrement. Je suis heureux d'avoir plusieurs fois trouvé les mots pour parler de certains sentiments, de certaines impressions, qui avaient de la valeur à mes yeux. Heureux d'avoir réussi à transmettre - des idées, des envies, des émotions peut-être ? - ce qui autrement serait resté au fin fond de ma conscience. 
Se forcer à écrire, pour soi, d'abord, et pour les éventuels lecteurs nocturnes qui souhaitent lire autre chose que des analyses politiques post-conférence de presse / post-grand débat national / post-gilets jaunes. Ou bien des dissertations sur la reconstruction de Notre-Dame, à l'identique ou surtout pas. Cet éternel retour, des pour, des contre, et de tous les autres, qui argumentent ou qui s'indignent.
Je me force un peu, parfois. Parce que ç…