Aspirations immédiates

Lorsque nous étions en prépa, Julie et moi, nous écrivions parfois sur une feuille de papier A4 toutes nos envies, toutes nos espérances.

Pour tuer le temps, et respirer un peu, aussi, après quatre heures de cours sur les Principes de la Philosophie du droit de Hegel, nous mettions littéralement sur le papier, nos aspirations respectives ; nous écrivions, noir sur blanc, nos rêves. Certains dessins accompagnaient parfois ces vœux formulés. En quelques mots, une phrase tout au plus, il fallait trouver une idée, un désir, un souhait. Tel était l'exercice.

La feuille se remplissait ainsi en très peu de temps d'espoirs imaginés.


J'ai envie, aujourd'hui, de reproduire cet exercice.
Sans trop cogiter, voici quelques aspirations, en vrac. Voici ce qui me vient, quand je demande à mon for intérieur de me livrer ses envies immédiates :
  • Commencer une sieste dans l'herbe, en observant d'en-dessous le feuillage d'un grand chêne, agité par le vent.
  • Savoir jouer à la perfection les plus beaux morceaux de Chopin.
  • Confortablement installé dans un hamac, apprendre par cœur Le Roman Inachevé d'Aragon.
  • Écouter Gainsbourg, au soleil, sur une plage déserte, les pieds plongés dans le sable, en sentant l'air marin et une légère brise sur son visage.
  • Construire une cabane au beau milieu d'une forêt, en hauteur, dans un arbre, pour voir la cime des arbres.
  • Observer le cheminement d'une coccinelle sur la peau de sa main, de son bras. Attendre de la voir s'envoler.
  • M'asseoir sur un banc, cinq minutes, avec toi.
  • Être allongé, dans un train de nuit, sans savoir précisément où l'on se rend, et écouter les bruits mécaniques dans l'obscurité.
  • Faire le tour du monde en 79 jours (histoire de faire mieux que Jules Verne).
  • Observer les étoiles, en partageant à voix basse des pensées métaphysiques.
  • Faire du cheval dans la Death Valley, avec un chapeau de cow-boy. 
  • Se réveiller un matin en ayant le sentiment d'être totalement reposé.
  • Repasser son bac, pour voir.
  • Faire de la balançoire pendant 5 heures.
  • Arriver à dos de dromadaire dans un oasis paradisiaque.

Et vous, quelles sont vos aspirations immédiates ?



Commentaires

  1. Repasser ton bac ?
    Moi : en finir avec ma compta, poursuivre la lecture de Guerre et Paix dans une chaise longue mi-ombre mi-soleil, me débarrasser de la souris qui habite chez nous (pardon, chez qui nous habitons), lire ton blog et recevoir des messages de mes enfants et assimilés.
    J'aime bien votre jeu, Basile et Julie.

    RépondreSupprimer
  2. Tant qu'on a des aspirations, c'est qu'on est jeune ! Et comme tout le monde le sait, l'espoir fait vivre, n'est-ce pas ? La question posée par Catherine m'amuse : repasser son bac ? On peut aussi essayer de repasser le code de la route; pour les "anciens", cela pourrait un beau défi ! Les choses ont beaucoup changé et je ne suis pas sûre que je l'aurais ! Pour mes aspirations immédiates, j'en ai beaucoup mais celle que je préfère serait de ne rien faire, de me laisser tout simplement vivre et de regarder les gens s'agiter autour de moi ! Quand je dis "ne rien faire", c'est ne faire que ce qui me plaît !

    RépondreSupprimer
  3. Vider mon livret A et prendre un aller simple pour une destination inconnue.
    Visiter la Corse pour la première fois.
    Dire "Non" aux demandes du boulot, avant de partir en vacances.
    Prendre mon reflex et remplir la carte mémoire de choses.
    Sauter dans le vide, en parachute ou en wingsuit, car j'en ai peur mais j'en ai envie.

    Mais à l'instant où j'écris cette ligne, je rêve d'être samedi après-midi, les pieds dans le sable en Bretagne.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

La foule familière de passants inconnus

Du nœud au dénouement